Partager

Le Mouvement de la jeunesse pour la CEN-SAD engage le débat

En vue de mobiliser les jeunes autour des autorités de la communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CENSAD) pour un développement harmonieux, tout en réduisant les zones de tensions, le Mouvement de la jeunesse pour le CENSAD a organisé le dimanche 20 juillet 2008 à la Maison des Jeunes de Bamako une conférence-débats sur le thème “Paix et Développement dans la communauté des Etats Sahélo-Sahariens”.

L’orateur principal de la rencontre était Souleymane Koné, conseiller technique au ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale. Elle s’est également déroulée en présence du président du mouvement M. Amidou Agouna Djimbé et de nombreux membres de cette association.


Le soutien aux autorités

Le président du Mouvement de la jeunesse pour la CEN-SAD M. Djimbé, dans son mot de bienvenue, a fait savoir qu’après la création de la CEN-SAD, une mobilisation est nécessaire autour de cette auguste organisation sous-régionale. C’est ce qui a été compris par la jeunesse qui entend jouer sa partition en galvanisant les autorités respectives des pays membres de la CEN-SAD dans l’édification de leur nation.


L’espace CEN-SAD traversé par des zones de conflits

Le conférencier, dans son exposé lIminaire sur le thème “Paix et Développement dans la communauté des Etats Sahélo-Saharien”, a dévoilé qu’au départ la CEN-SAD comptait 5 Etats et actuellement elle est composée de 28 pays, englobant la quasi-totalité des pays de l’Afrique occidentale, quelques Etats du Centre et du Nord du continent.

Les conflits étant un obstacle au développement, dès la création la CEN-SAD, elle s’est donnée comme tâche essentielle de lutter contre l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne et d’atteindre les différents foyers de tensions qui surgissent dans cet espace. Les pays qui sont confrontés à des crises de rébellion dans la zone sont entre autres: le Tchad, le Soudan, la Côte d’Ivoire, la Somalie, Erythrée, la Djiboutie, le Mali et le Niger.

Selon le conférencier, la situation qui prévaut au Mali et au Niger est un peu particulière car, elle relève du cas du banditisme, pour pallier à cette délinquance de certains éléments de mauvaise intension, le gouvernement de la République du Mali a demandé et obtenu auprès de la CEN-SAD, de la CEDEAO, et de l’Union Africaine la tenue d’une conférence sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne.

Le constat qui se dégage au regard de ces nombreux foyers de tensions montre que c’est une zone ou la sécurité et la paix sont fortement menacées.


Les mécannismes pour lutter contre l’insécurité

La CEN-SAD, pour que son espace soit viable et dépourvu de zones conflictuelles, selon M. Koné, a procédé à la nomination d’un médiateur sur la paix qu’est le guide de la révolution Libyenne Mohamar Kadhafi.

Le conférencier reconnait en outre qu’un développement juste passe par une bonne répartition des richesses, et l’instauration des fonctions régaliennes des autorités envers les populations.

L’intervention du conférencier a été suivie par une série questions dont entre autres: Quelle est la place de la jeunesse dans l’instauration de la paix et du développement? Quelle a été l’attitude de la CEN-SAD face au mandat d’arrêt du tribunal pénal international contre le président Soudanais?

Mamoutou DIALLO(Stagiaire)

21 Juillet 2008