Partager

Les relations entre le Mali et la Libye, de nos jours ne sont pas des meilleures aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale suite à l’expulsion de 280 Maliens du territoire libyen. C’est pourquoi après cet incident, les critiques sont à l’ordre du jour et des questionnements sur la sincérité des relations entre les deux pays.

En effet cette expulsion avait tendance à porter un coup dur sur les relations entre nos deux Etat et partant, à ternir l’image de la Libye. En vue d’apporter d’amples explications sur les nouvelles mesures d’immigration en vigueur désormais en Libye, l’Ambassadeur de ce pays au Mali Son Excellence Dr. Ali Mohamed Almogari a animé une conférence de presse à son siège.


L’objectif de la rencontre

L’objectif de ce conférence était d’apporter un éclairage sur les nouvelles procédures que les expulsés en situation régulières peuvent suivre pour être dédommagés. Il s’agit en outre de redonner à la Libye son image de pays qui se bat pour la construction de l’unité africaine. L’Ambassadeur a expliqué les conditions dans lesquelles les 280 Maliens ont été expulsés, avant de mettre l’accent sur les informations relayées dans la presse malienne qui lui paraissent contraires à la réalité.

Il a rappelé que la libye est un pays ami du Mali, un partenaire au développement, ce qui est visible à travers beaucoup d’actions socio-économiques, mais aussi, à travers les projets engagés dans le processus du développement économique du Mali.


Les nouvelles procédures en matière d’immigration en Libye

L’orateur a rappelé les nouvelles mesures de protection sociale que le gouvernement libyen vient de mettre en place en vue de sécurité de sa population. L’application de ces mesures est inhérente à la répression de certains fait sociaux à savoir les actes de criminalité, la prolifération des stupéfiants, et surtout certaines pratiques incompatibles avec les principes fondamentaux et les règles du pays.

En vue de réussir sa mission, les étrangers en situation irrégulière ont été refoulés de leur pays. Selon lui, il existe plus de 2 millions d’étrangers en territoire libyen, et les Maliens occupent une part importante. Les 280 expulsés ne sont qu’une infime partie du total des Maliens en Libye.

Des enquêtes sur les exactions policières

Il a rappelé que les exactions policiers relayées et décriées par tous au Mali sont les faits de certaines policiers libyens. En vue d’apporter la lumière sur ces faits, selon l’Ambassadeur, des enquêtes sont en cours en Libye. A travers le débats l’Ambassadeur, apporte un peut d’espoir au expulsés rêvent un situation régulières.

Après des prises de contacts avec les autorités maliennes, notamment le ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, les expulsés en situation normale peuvent apporter des preuves à l’Ambassade de la Libye ou au ministère en charge en vue des dommages intérêts.

La Libye, lieu de transit des émigrants de l’Afrique vers l’Europe, surtout l’Italie, connaît de nos jours de nombreuses difficultés de gestion des flux humains. Le conférencier a rappelé qu’entre le Mali et ce pays de nombreuses mesures seront mises en œuvre dans l’optique de réorganiser le flux migratoire entre les deux pays.


La Libye, un partenaire du Mali

Optimiste pour le développement et la consolidation des relations amicales entre les deux pays, l’Ambassadeur s’est dit confiant et engagé pour la bonne tenue de la coopération et de la gestion des ressources humaines. Il n’a pas manqué de souligner les nouveaux projets que la Libye entend mettre aux services de l’emploi des jeunes et du développement du Mali en entier.

Enfin, par rapport aux nouvelles mesures d’immigration de l’Union Européenne, dont la Libye constitue un enjeu incontournable, l’orateur a précisé que “la Libye ne joue pas la police de l’UE seulement nous voulons sécuriser notre territoire”.

Ousmane BERTHE (Stagiaire)

21Novembre 2008