Partager

La première étape vers l’atteinte de cet objectif, fut la mise en place d’un Projet Cadre Intégré, initié par le département de l’Industrie et du Commerce avec l’aide de partenaires tel le PNUD. Selon le ministre Choguel Maïga : “Le projet cadre intégré a pour objectif d’atteindre, au bout de la troisième année, un volume d’exportation de mangue de 10 000 tonnes qui, à l’exportation, pourraient rapporter, au bas mot, 13 milliards de francs Cfa dont 2 milliards devraient revenir aux producteurs”.
Notons qu’actuellement, seules 3 tonnes de mangues sont exportées par campagne.

La première action du projet cadre intégré a été le traitement phytosanitaire de 611 vergers, recouvrant une superficie de 2 000 hectares situés dans les principales zones de production du pays, Sikasso, Bougouni, Yanfolila, Bamako et environs. Action à laquelle le ministre donne l’explication suivante : « Le traitement des vergers de fruits et légumes est une des recommandations de l’atelier national de validation de l’Etude Diagnostique d’intégration du commerce pour le Mali, tenue en novembre 2004. Il vise à répondre aux exigences du marché international, notamment en ce qui concerne les produits agro-alimentaires pour lesquels la qualité commence depuis la production« .

La projet cadre a veillé également à la création d’un fonds de garantie auprès de la BCS destinés à soutenir les exportateurs (achat d’emballages, de mangues auprès des producteurs et frais de transport). Avec un taux d’intérêt de 8%, le plafond de ce prêt est de 5 millions par exportateur.
Il faut noter que l’Unité de Gestion des Projets appuie les demandeurs pour le montage des dossiers.

13 avril 2006