Partager

Depuis près d’un mois, le cercle de Tominian, situé dans le région de Ségou, se trouve dans le noir, en matière d’information. En effet, la population est privée des images télé de l’ORTM, à cause d’une panne de batterie du relais du cercle.

Si, au début, ladite population avait pris son mal en patience, aujourd’hui, les langues commencent à se délier, puisqu’elles ne comprennent plus comment cette situation persiste depuis un mois maintenant.

Certes, l’Office de Radio diffusion Télévision du Mali (ORTM) est à saluer pour ses efforts au quotidien, non seulement pour étendre son plateau de couverture sur l’ensemble du territoire national, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de ses prestations.

Mais le plus méritant, c’est qu’il s’est désormais imposé un défi : celui de la “passion du service public”. Aussi, les responsables de l’Office doivent se donner les moyens de relever ce défi sur l’ensemble du territoire national.

Or, ce qui se passe en ce moment à Tominian se passe de tout commentaire, même si, quelque part, les populations elles-mêmes reconnaissent recevoir, à intervalles irréguliers et dans la journée seulement, les images de “Bozola”.

La nuit, par contre, c’est le chaos total. Conséquence : n’ayant plus d’autres moyens d’information beaucoup plus larges, et sevrées dans ce qui (à quelque exception près) est devenu leur seul moyen de distraction, les populations de Tominian sont tombées dans une sorte de léthargie. Ainsi, dès la nuit tombée, tout le monde s‘enferme dans sa maison, donnant ainsi, à la ville, l’image d’une “ville morte”.

Va-t-on enfin se dépêcher du côté de “Bozola” pour trouver enfin une solution à ce problème qui n’a que trop duré ? C’est en tout cas ce qu’espèrent et les autorités politiques et administratives du cercle, et les populations, surtout les téléspectatrices friandes des feuilletons.
Aussi, peut-on parier qu’une fois le problème résolu, l’incident, quoique fâcheux, sera très vite oublié.


Adama S. DIALLO

28 Novembre 2008