Partager


La Mairie du District demande aux occupants de rejoindre incessamment les Halles de Bamako

Le deuxième adjoint au maire du district de Bamako, Yousouf Coulibaly, entouré de tout son staff technique, a animé une conférence de presse, le jeudi 4 septembre, dans la salle de conférence du District. Objectif : donner des informations précises sur les travaux de modernisation de l’autogare de Sogoniko.

Dpuis un certain temps, un bras-de-fer est engagé entre les occupants de l’autogare de Sogoniko et la Mairie du District de Bamako sur la modernisation de cette vitrine de notre capitale. Celle-ci, selon le 2e adjoint au maire, Yousouf Coulibaly, date du temps du défunt maire, Moussa Badoulaye. «En effet, la restructuration de l’autogare a commencé avec la casse des chambres de passe. Et dès ce jour les gens ont commencé à demander la modernisation de la gare routière» a affirmé Youssouf Coulibaly. Il a, ensuite, martelé que «notre capitale ne peut pas rester en marge du développement. L’autogare de Sogoniko n’est plus adaptée aux réalités de l’heure».

Selon lui, une analyse du Conseil municipal avait décelé de sérieuses lacunes.
Il s’agit de la difficile cohabitation des transporteurs et des commerçants de la place, la vétusté des équipements qui, pour la plupart, ne répondent plus aux exigences de l’heure et aussi le recouvrement dérisoire des taxes communales. La recette mensuelle moyenne de l’autogare atteint à peine les quatre millions FCFA. Une somme qui, pour Yousouf Coulibaly, ne correspond pas aux activités de l’autogare. Aussi, après délibération, le Maire avait été mandaté par le Conseil du District, pour faire une manifestation d’intérêt à l’endroit du public malien pour la rénovation de la gare.

Cette décision, a précisé Youssouf coulibaly, n’avait été prise qu’après que la Mairie eût approché la Direction Générale des Marchés Publics qui avait répondu que la rénovation de l’autogare était un marché privé et avait donc conseillé le District de chercher un partenaire privé. Ce que la Mairie a fait avec comme exigence une garantie bancaire.

L’orateur a, ensuite, confié à la presse que la Mairie, dans un premier temps, avait été approchée par un certain Diawara qui, malheureusement, voulait changer la vocation de l’autogare routière en gare commerciale. Après le désistement de Diawara, le District a été, également, approché par Biné Dabo. Celui-ci avait déjà fait ses preuves au Gabon et, mieux, avait déposé une garantie bancaire à la Bank of Africa.

Monsieur Coulibaly soutient qu’ il y a eu une première réunion à laquelle les occupants de la l’autogare ont été associés. «J’avais été approché par ces derniers et je les avait assurés que leurs intérêts allaient être préservés. Non seulement toutes leurs doléances ont été prises en compte, mais aussi, à chaque étape, il y a toujours eu concertation avec leur coordination. Le plan a constamment été modifié. C’est le fait de leur dire que nous allons commencer les travaux de rénovation de la gare d’ici le 15 septembre qui est à la base de tous ces bruits».

Youssouf Coulibaly demande donc aux occupants de l’autogare de Sogoniko d’accepter d’aller aux Halles de Bamako où toutes les dispositions ont été prises pour leur recasement. Il demande à ces derniers de faire preuve de bon sens pour que la rénovation de l’autogare de Sogoniko soit une réalité.

Le plan de la nouvelle autogare de Sogoniko présenté aux journalistes, est un véritable joyau architectural qui comprend, entre autres, au rez-de-chaussée, 17 aires pour compagnies de transport avec quai d’embarquement et de débarquement, 52 aires de stationnement de bus, 80 aires pour les taxis et 240 boutiques.

Au 1er étage il est prévu 40 modules de bureaux comprenant chacun un hall d’attente, un secrétariat, trois bureaux, une cuisine, une toilette et un balcon.


Pierre Fo’o MEDJO

05 Septembre 2008