Partager

Depuis que IBK a qualifié l’ancien dictateur de grand républicain lors de sa cérémonie de prestation de serment le 4 septembre 2013 au CICB, les langues des nostalgiques du régime sinistrement célèbre du général Moussa Traoré ont commencé à se délier. C’est ainsi qu’ils ont décidé de mettre en place un groupe de réflexion pour la réhabilitation du tyran Moussa Traoré.

Aux dires des animateurs du groupe, ils pensent que l’ancien président est déjà réhabilité et qu’il ne reste plus qu’à mettre la forme. Argument avancé : il a été invité par un président élu avec plus de 77%. Ensuite, ils comptent envoyer une copie de leur réflexion à la nouvelle Commission Vérité Réconciliation pour qu’elle se pense sur le cas de leur mentor.

Ironie du sort, les initiateurs de cette réhabilitation habitent la même commune que le président IBK. Un ancien secrétaire général de l’UNJM et ancien député du MPR est le maître d’orchestre de cette réhabilitation.
Cette brèche ouverte par IBK risque de créer des polémiques inutiles entre pro et anti Moussa à un moment où le pays a besoin de tous ses fils pour la reconstruction de notre nation humiliée.

On se rappelle que jusqu’à présent les autorités maliennes ont refusé d’organiser les funérailles nationales du premier président du Mali, Modibo Keïta, assassiné par le général Moussa Traoré qui est aujourd’hui présenté au peuple comme un martyr.

Brin COULIBALY

L’Inter de Bamako du 24 Septembre 2013