Partager

Cahoteuse, parsemée de nids de poule, la rue principale de Kalabancoro, qui va de la voie goudronnée au fleuve sur plus de deux kilomètres était, depuis un moment, cause de fausses couches pour bien des femmes. C’est désormais un mauvais souvenir grâce à la diligence du Ségal de la sous-section URD, Marcellin Guenguéré.

ll l’a promis, il vient de le faire. Un habitant du quartier de Kalabancoro Plateau, Marcellin Guenguéré, n’a pas lésiné sur les moyens pour financer les travaux de réfection de la route de Kalabancoro.

C’est le dimanche 15 mars dernier que ce cadre de l’Urd a rassemblé des jeunes pour gratter, remblayer et niveler à souhait cette route.

Une voie qui est fréquentée par environ cinq mille usagers du quartier et qui était devenue lamentablement impraticable. Et dire que parmi ces usagers, on dénombre de hauts cadres de l’Etat (ministres, députés, directeurs généraux, etc) qui habitent le quartier et qui semblent être indifférents face aux dégâts que cause ce tronçon de plus de deux kilomètres : accidents de la circulation, troubles de santé pour femmes enceintes, fausses couches.

Munis de pelles, râteaux et autres outils aratoires, sous la supervision de Marcelin qui n’a pas hésité quelques fois à mettre la main à la pâte, les jeunes ont agréablement transformé l’état de cette voie. Pour le parrain de ce projet, à qui l’on prête des intentions de vouloir briguer le suffrage des électeurs lors des communales du 26 avril prochain, aucun sacrifice n’est trop grand quand il s’agit de travailler pour le développement de son pays.

« Je dédie cette route aux femmes et aux jeunes et je m’engage à l’entretenir chaque année jusqu’à ce que j’arrive à avoir les moyens de la transformer en route bitumée ».

Il dira, par ailleurs, qu’il est en train de nouer un certain nombre de partenariats (avec l’extérieur) qui, à moyen terme, pourraient énormément profiter aux populations de Kalabancoro, à travers une prise en charge des questions d’eau potable pour tous, de routes et des infrastructures commerciales, l’éducation et l’apprentissage pour les jeunes, l’emploi, la promotion d’activités sportives et culturelles. «Personne ne viendra faire Kalabancoro à notre place», dira-t-il

M. Guenguéré conclura son speech en invitant les jeunes à veiller sur les infrastructures déjà aménagées. Il les a exhortés à avoir un comportement empreint de civisme et à travailler pour le développement du pays. « Nous ne sommes pas nés pour nous-mêmes, mais pour la société », a-t-il conclu.

Ce sont là des initiatives patriotiques que d’autres cadres doivent suivre.

Bruno D SEGDBJI

17 Mars 2009