Partager

Les députés ont adopté vendredi, à la tombée de la nuit, le nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Les innovations apportées par les députés ont trait, entre autres, au budget de l’Assemblée nationale, au temps des questions orales. Une innovation de taille : la commission de contrôle sera confiée à l’opposition.

Les travaux de la plénière de l’Assemblée nationale, vendredi, ont été dominés par des débats houleux sur le nouveau règlement intérieur qu’avait élaboré, trois jours auparavant, la commission ad hoc de 27 membres présidée par l’honorable Assarid Ag Imbarcawane.

Et c’est l’honorable Oumar Mariko qui ouvre les « hostilités » en demandant que les débats se fassent en langues nationales, l’introduction du genre dans la composition du présidium chargé de l’élection du président de l’Assemblée nationale, la revision du mode de désignation des scrutateurs, entre autres.

Assarid Ag Imbarcawane, président de la commission ad hoc, a dû intervenir plusieurs fois à la tribune pour attirer l’attention de ses pairs que si le nouveau règlement intérieur n’était pas conforme à la Constitution, il serait rejeté par la Cour constitutionnelle. Toutes choses qui handicaperaient le Parlement qui veut aller vite, vu les tâches immenses qui l’attendent.

Ainsi, le nouveau texte comprend 98 articles contre 97 pour l’ancien. Les principales innovations apportées par les députés se rapportent au budget de l’Assemblée nationale. Celui-ci sera adopté par l’ensemble des élus de la nation en séance plénière. Les spectateurs pourront suivre les débats en langues nationales puisque l’Assemblée va se doter des moyens pour une traduction simultanée.

Cependant, dans un pays où le débat manque, il est regrettable que la durée des questions orales, qui était de 90 minutes, soit ramenée à 60 minutes. Les députés expliquent cette décision par un souci d’économie de l’argent du contribuable. Noble préoccupation qu’on aurait mieux compris s’ils avaient renoncé dans le même temps à une partie de leurs indemnités.

Denis Koné

10 septembre 2007.