Partager

Quelques jours après la mutinerie du 30 septembre et la descente musclée de l’opération Saniya consistant à désarmer les mutins et récupérer leurs armes, trois corps sans vie de soldats viennent d’être découverts. Il s’agit du corps de l’adjudant chef Dramane Cissoko chef de poste du comité de suivi de la réforme de l’armée, organe dissout par le président de la République, le corps de Lassine Kéïta et celui d’un certain Ismail un militaire réputé proche du colonel Youssouf Traoré. D’autres corps ont été signalés sur la route de Ségou. S’agit-il d’un règlement de compte ou d’une exécution sommaire ? Nous n’en savons pas davantage.

Toutefois, selon une source proche de la défense, les militaires de l’opération Saniya n’ont pas rencontré de résistance de la part des mutins. Beaucoup sont venus se rendre et aucun coup de feu n’a non plus été tiré, nous a-t-on précisé. De sources concordantes, le corps sans vie de Dramane Cissoko a été découvert à Kati Plateau, un quartier situé dans la périphérie de Kati. Dramane Cissoko, nous indique -t-on, est allé répondre à une invitation. Il n’est jamais revenu. Chef de famille de son état, l’intéressé devait faire valoir ses droits à la retraite au mois décembre prochain.

Quant à Lassine Kéïta, son corps sans vie a été retrouvé le jeudi dernier à Dougabougou. Un autre soldat connu sous l’appellation d’Ismail a été retrouvé mort au tout début de la mutinerie. C’est d’ailleurs le premier corps sans vie qui a été retrouvé par la gendarmerie. Il est décrit comme un chauffeur proche du Colonel Youssouf Traoré et conduisait les mutins au début des événements.

On nous informe que des impacts de balle et des traces de tortures étaient visibles sur certains corps retrouvés. Et certains des militaires ayant pris part à la mutinerie du 30 septembre n’ont pas encore donné signe de vie. Sont-ils morts ou rentrés dans la clandestinité. Le mystère reste entier.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 11 Octobre 2013