Partager


Le bureau du vérificateur général, une innovation du président Amadou Toumani Touré a évolué dans des conditions extrêmement difficiles, tant certains étaient contre cette initiative présidentielle. Était-ce de peur d’être dans son collimateur ou de voir ses intérêts menacés?

Le mardi 31 Avril 2009, pour refus d’exécuter une décision de justice, le vérificateur Sidi Sosso Diarra a été mis sous mandat de dépôt.


Des supputations

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que le bureau du vérificateur général n’arrange pas tous. Qu’à cela ne tienne, sa mise sous mandat de dépôt a surpris plus d’un, surtout ceux qui pensaient qu’il était intouchable. Nonobstant les circonstances, sa mise sous mandat de dépôt crée un précédent et démontre si besoin en était, que nul n’est au-dessus de la loi.

Mais, ce qui intrigue beaucoup de gens, c’est la problématique même de la crédibilité du vérificateur général, de son bureau, de ses rapports. Au sein de l’opinion publique, depuis mardi dernier, date de sa mise sous mandat de dépôt, les supputations sont de plus en plus nombreuses sur son compte. Pour certains, il y a une odeur de règlement de comptes, pour d’autres, il a pêché.


Une question de crédibilité

Ce qui compte le plus, ce sont les faits, mais aussi leurs conséquences sur le vérificateur général, le bureau et le pays. Sa mise sous mandat de dépôt pose avec acuité la problématique de la crédibilité d’un homme, d’une structure, qui risque de porter un coup dur aux perspectives mêmes de la pérennisation de la structure.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le vérificateur général, après cette situation qu’on pourrait caractériser de scandaleuse, aura à coup sûr le moral à rude épreuve. Va-t-il pouvoir se remettre rapidement de ce choc psychologique pour poursuivre son œuvre comme cela se doit?

Rien n’est moins sûr que cela. Ainsi, depuis avant hier le vérificateur général est dans une situation difficile et il n’est pas évident qu’il puisse tenir tête à tous ceux à qui il a à faire.

Après Sidi Sosso Diarra, a qui le tour?

Après le vérificateur général, à qui le tour? Est-on tenté de demander, quand on sait que d’autres personnes haut placées, continuent à se considérer comme intouchables en refusant d’exécuter des arrêts de la Cour Suprême.

La mise sous mandat de dépôt de Sidi Sosso Diarra est-elle le début du compte à rebours? Il est hasardeux d’en dire plus. Cette situation qu’on pourrait caractériser de scandaleuse est consécutive, selon nos sources, à des problèmes existant entre le vérificateur général et certains de ses collaborateurs, le refus d’exécuter une décision de justice étant une forme de défiance.

Moussa SOW

03 Avril 2009