Partager

La délégation Française de l’Association des 12 communes du cercle de Yélimané « GUEME » ont tenu une conférence de presse, le jeudi 6 octobre 2016, pour dénoncer les accointances entre des activistes, Abderrahmane Sylla, et le ministre des Maliens de l’Extérieur pour démobiliser les populations afin qu’elles ne payent pas la TDRL ( Taxe pour le Développement Régional et Local) dans le cercle.

A la veille des élections communales, la situation devient tendue dans le cercle de Yélimané. Les députés du cercle, les maires étaient venus s’expliquer sur un problème brulant qui dure depuis 3 ans. Cette fois- ci, ce sont des ressortissants du cercle en France regroupés au sein d’une association appelée « GUEME » qui a effectué le déplacement à Bamako pour rencontrer le Premier ministre et le ministre de l’administration territoriale par rapport au problème. Le porte parole de l’Association en France, Yoro Sacko et son 2ème vice président Lassana Sega Doucouré ont indiqué que cela fait 3 ans que les salaires des enseignants, des médecins, des matrones ne sont plus payés à Yélimané et tout projet de développement est annihiler pour faute de non paiement de la TDRL. Ils ont accusé certains activistes qui seraient soutenus par le ministre des Maliens de l’extérieur pour des fins politiques. Pour les conférenciers, c’est le ministre Abderrahmane Sylla qui a crée la discorde au sein de la population pour de fins politiques. Ils ont indiqué que ces activistes manipulés par le ministre des Maliens de l’extérieur se sont fait remarquer par une campagne de dénigrement des élus locaux, en l’occurrence, les maires en place dans les différentes communes du cercle. Et pour atteindre leurs objectifs, selon les conférenciers, ils accusent les élus d’avoir détourné des fonds publics et de briller par leur incompétence en matière de gouvernance locale. Les conférenciers diront, aussi, que l’Etat est aussi responsable de cette situation, car il n’aurait pas réagi contre ces actes délictueux posés par ces activistes. Dès lors, selon la porte-parole, des questionnements sont apparus quand à des liens de complicité politique entre activistes et certains responsables de l’Etat. La mission de l’association venue au Mali s’est engagée à s’acquitter du montant de TDRL que doivent leurs familles respectives. Après leur rencontre avec le premier ministre, ils ont indiqué que ce dernier a instruit au ministre de l’administration territoriale de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue d’appliquer la loi. Les membres de l’Association des 12 communes de Yélimané ne laisseraient plus personnes hypothéquer l’avenir de leurs enfants, ont-ils fait savoir. Pour les conférenciers, la TDRL, comme son nom l’indique, constitue la seule ressource de la commune pour son développement.

Fakara Faïnké

Du 07 Octobre 2016