Partager

Les réfugiés mauritaniens au Mali sont en train de s’organiser pour leur retour au bercail. Ainsi, le 20 octobre dernier s’est tenue à Aourou (Kayes), l’assemblée générale des représentants des réfugiés mauritaniens vivant sur le sol malien. La rencontre était présidée par Abdoulaye Malal Sow et Thierno Samba Sow et a regroupé plus de 110 délégués ou représentants de 85 villages mauritaniens.

Au cours de cette assemblée, la situation des réfugiés mauritaniens a fait l’objet de débats. Pour faciliter un retour organisé, les délégués ont mis en place un bureau de 11 membres, dirigé par Abdoulaye Malal Sow. Les réfugiés ont émis le vœu que le retour soit organisé sous l’égide du Haut commissariat des réfugiés (HCR) et du gouvernement malien.

En avril 1989, un conflit frontalier entre la Mauritanie et le Sénégal avait dégénéré en violences ethniques. Quelque 60 000 Mauritaniens avaient fui alors leurs foyers pour le Sénégal et le Mali, où la plupart se sont installés dans des villages le long de la Vallée du fleuve Sénégal. En 1996 et en 1998, l’UNHCR avait aidé à la réintégration de quelque 35 000 rapatriés, qui ont décidé volontairement de retourner chez eux en Mauritanie.

L’UNHCR prévoit l’opération de rapatriement des réfugiés en fin d’année 2007, mais il rencontre des difficultés logistiques considérables. C’est la raison pour laquelle l’agence onusienne a lancé un appel pour la collecte de 7 millions de dollars US pour financer le rapatriement volontaire de 24 000 réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali.

Pour le nouveau pouvoir mauritanien, démocratiquement élu en mars 2007, le retour et la réintégration de ses ressortissants en exil, organisés avec l’assistance de l’UNHCR, sont une priorité. Au cours de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin dernier, les autorités mauritaniennes avaient invité leurs compatriotes réfugiés ou en exil à rentrer dans leur pays.

Amadou Sidibé

24 octobre 2007.