Partager

Le Premier ministre a présidé, le mardi 13 juillet 2010, la quatrième session du comité mixte État-secteur privé. C’était dans la salle de conférence de la primature, en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Il s’agissait de faire notamment l’état de prise en charge des conclusions/recommandations de la dernière réunion du comité mixte de suivi des réformes État/secteur privé, tenue le 18 mars 2010. Le Gouvernement du Mali s’est engagé depuis 2005 à améliorer le cadre juridique et la pratique des affaires. Ces mesures ont été renforcées avec l’adoption du plan d’actions 2009­2010 pour l’amélioration de la pratique des affaires et l’avènement de la reforme institutionnelle du Comité Mixte.

Organisé avec le secteur public et privé, la mission dévolue au comité de suivi des réformes est la conception et la mise en œuvre des réformes.

Les reformes retenues dans le plan d’actions 2010 et 2011 s’inscrivent dans le cadre du renforcement des actions initiées suivant les axes stratégiques qui concernent l’approfondissement des reformes entamées ; l’informatisation et modernisation des structures ; la simplification et réduction du niveau des impôts et taxes ; l’amélioration de l’accès aux crédits.

Il reste à noter que le bon exercice du rôle de chaque intervenant constitue un facteur de succès dans le processus d’amélioration de l’environnement des affaires dans notre pays.

L’impact attendu des réformes mises en œuvre met au centre le secteur privé et les ordres professionnels comme parties prenantes du processus.

L’objectif visé par les réformes est de faciliter le travail des entreprises et partant l’environnement des affaires.

Pour une mise en œuvre correcte des réformes, les acteurs publics et privés ont été impliqués dans l’élaboration des projets de textes de réformes. Cette synergie d’actions du ministère de l’industrie, des investissements et du commerce a permis d’obtenir des résultats probants en 2010, notamment avec la création du guichet unique de création des entreprises ; l’obtention du permis de construire ; la facilitation du commerce transfrontalier et la facilitation du transfert de propriété.

Pour une plus grande sensibilisation et d’information, une stratégie de communication est en cours afin d’informer le secteur public, les ordres professionnels et les usagers sur le contenu et l’impact des réformes et favoriser leur mise en place. Il s’agit de la journée d’information et de sensibilisation des acteurs du commerce transfrontalier, journée porte ouverte du guichet unique de création d’entreprise, débat télévisé, articles de presse etc.

Le Mali dispose d’atouts nécessaires à la réussite de son programme de réformes grâce à la volonté du gouvernement dans l’accompagnement du secteur privé pour mener à bien les actions programmées.

Nouhoum Dicko

15 Juillet 2010.