Partager

Toute chose qui offre l’opportunité d’aller désormais de l’avant dans la construction du Mali de demain, un Mali plein d’espoir, parce que porteur de développement pour le bien-être des populations, toutes sensibilités confondues. Le Projet de Développement Economique et Social (PDES) du président Amadou Toumani Touré sur la base duquel les Maliens lui ont réitéré leur confiance en 2007 s’inscrit en droite ligne de l’accomplissement d’un tel voeu pour l’ensemble des Maliens. Mais il a besoin de l’accompagnement de tous. L’initiative riz courageusement lancée par le Premier ministre Modibo Sidibé n’est-elle pas l’amorce d’un décollage économique durable?
LE REVE DEVENU REALITE
Dans le cadre du Projet de Développement Economique et Social qui est une continuité des actions entreprises depuis l’élection d’ATT en 2002, des actes concrets sont en train de faire du chemin, notamment à travers la mise en oeuvre de l’initiative riz, malgré les réticences par endroits à ce sujet au moment de son lancement. Mais, fort heureusement, la volonté inébranlable des autorités actuelles a permis de traduire un rêve de plus d’un quart de siècle en réalité.
Ainsi, le Mali est en train d’aller inéluctablement vers la réunion des conditions de l’autosuffisance alimentaire qui est une préoccupation majeure et commune du peuple malien et de tous les pouvoirs qui se sont succédé de l’indépendance du pays à ce jours. Il a fallu, en effet, la volonté politique, la conviction en la pertinence du projet, mais aussi des sacrifices financiers importants pour en arriver là.

UN EXEMPLE EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT

C’est l’exemple qui vient d’être donné que le Mali regorge d’importantes potentialités dont l’exploitation est à notre portée. Dès lors, la voie est ouverte pour poursuivre des expériences positives de ce genre qui représentent des leviers sûrs du développement socio-économique harmonieux et durable.

C’est cela qui conforte les efforts en cours aujourd’hui par des amis d’ATT sur le terrain qui consistent à échanger avec les populations des régions sur la pertinence du PDES et la nécessité de le soutenir pour le bien de tous les Maliens.

LES REFORMES

Ainsi, le long du reste du second mandat du président Amadou Toumani Touré, l’essentiel des efforts sera axé sur la mise en oeuvre du PDES dont certains aspects saillants sont les réformes à tous les niveaux où cela est nécessaire pour rapidement faire bouger les choses. Il s’agira, au cours de ce mandat, de corriger les lacunes et insuffisances dans la marche vers la prise en charge des préoccupations fondamentales des populations.

En termes de réformes, il y a des débuts très encourageants avec l’organisation de plusieurs assises nationales servant de cadres d’échanges et de concertations réunissant les représentants de toutes les sensibilités du pays pour définir la marche consensuelle à suivre devant contribuer à améliorer de façon significative la qualité de la gouvernance démocratique au Mali pour qu’en plus du bien-être des populations, la position du Mali se renforce à l’étranger.

LA CONSOLIDATION DU PROCESSUS DEMOCRATIQUE

En effet, la consolidation du processus démocratique passe aussi par les efforts qui concourent à soigner et à présenter une image plus éclatante du Mali. Le Mali a des cahces et beaucoup d’opportunités qu’il convient de saisir afin de donner un coup de fouet au développement économique, en ne perdant pas de vue que l’homme doit toujours être au début, au centre et à la fin de tous les processus.

Les réformes engagées n’excluent pratiquement aucun domaine de la vie socio-économique. On se rappelle qu’il avait été confié à Daba Diawara et aux membres de sa commission de conduire la réflexion sur le processus démocratique au Mali. Cet exercice est passé par l’organisation d’échanges fructueux avec les représentants de toutes les sensibilités de la société.

Le rapport fourni par la commission Daba Diawara a fait l’objet de beaucoup de commentaires au sein de l’opinion publique nationale. Mais l’oeuvre en soi est très utile pour apporter des correctifs nécessaires à la marche du processus démocratique au Mali.

AUITRES ASPECTS DES REFORMES

Au-delà de la réflexion sur le processus démocratique au Mali, les plus hautes autorités du pays ont également instruit l’organisation du forum sur l’éducation, qui a permis de faire un diagnostic sans complaisance des problèmes de ce secteur. Des recommandations pertinentes ont été faites et il ne reste plus qu’à tout mettre en oeuvre pour leur application.

En outre, les états généraux sur la corruption et la délinquance financière viennent de prendre fin. Ils ont été un cadre d’échanges fructueux et de diagnostics sans complaisances des ces fléaux socio-économiques. Par ailleurs, après les concertations nationales, il est attendu les assises nationales sur le foncier qui doivent se dérouler après la fête de tabaski.

LE RENOUVEAU DE L’ACTION PUBLIQUE

Aussi, le renouveau de l’action publique est un processus engagé depuis le début du second mandat du président Amadou Toumani Touré sous la houlette du ministère de la Fonction Publique de la Réforme de l’Etat et des Relations avec les institutions à travers le Programme de Développement Institutionnel (PDI).

Cette réforme concerne les départements ministériels, dans la plupart desquels il y a eu des restitutions sur les diagnostics des problèmes, les acquis, mais aussi les actions à mener en vue de corriger les lacunes et insuffisances et de d’insuffler plus de dynamisme au fonctionnement.

En voilà des initiatives qui traduisent la volonté inébranlable des pouvoirs publics d’insuffler une nouvelle dynamique de changement à travers des réformes courageuses en cours.

Moussa SOW

03 décembre 2008