Partager

Lundi, à l’hôtel de l’Amitié, la cérémonie d’ouverture d’un colloque international sur l’analyse comparée des processus de réforme juridique et judiciaire a eu lieu sous la présidence de Me Fanta Sylla, ministre de la Justice, Garde des Sceaux.
Plus d’une centaine de personnes en provenance des différentes régions du Mali, ainsi que de l’étranger, prennent part à cette rencontre.

Expliquer les modes d’organisation et de fonctionnement en matière de reforme juridique et judiciaire et le bilan du Programme décennal de la justice (Prodej) afin de formuler des objectifs précis pour un plan stratégique triennal, restent les principaux objectifs visés par ce colloque.

Parvenir à une bonne distribution de la justice propre à renforcer l’ancrage de l’État de droit et à garantir la paix sociale, restent les principaux objectifs du Prodej.

Grandes lignes du Prodej que notre gouvernement a initié en vue de pallier les difficultés, comme l’accès difficile des usagers à la justice, les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire, le manque de communication entre les acteurs de la justice, la faiblesse des moyens financiers, la méconnaissance des textes, la corruption, le manque d’infrastructures, qui entravent le bon fonctionnement de la justice, ont été retracées par la ministre de la justice.

Pour la ministre Sylla, le Prodej, depuis sa mise en œuvre, a engendré des progrès significatifs dans la modernisation de l’administration de la justice.

De 2000 à 2005, la réalisation, la réhabilitation et l’équipement de plusieurs infrastructures judiciaires à travers le pays, la formation de nombre d’acteurs dont des magistrats, le personnel du secrétariat de greffe, le recrutement de magistrats et auxiliaires de justice, la relecture du code pénal et du code de procédure pénale, la relecture du statut de la magistrature et l’élaboration d’un code de déontologie de cette corporation, et la réorganisation de l’Institut national de formation judiciaire, sont à l’actif du Prodej.

Cependant, a reconnu la ministre, pour atteindre les objectifs assignés au Prodej, beaucoup reste encore à faire, mais, le Mali, pour y parvenir, dispose selon elle, de deux atouts qui sont la volonté politique et l’adhésion des partenaires.

Durant trois jours, sous la houlette des conférenciers comme Mme Nathalie Desrosiers, doyenne de la Faculté de droit civil de l’université d’Ottawa au Canada, Hakpome Honory, coordinateur de la cellule technique du programme intégré pour le renforcement des systèmes juridiques et judiciaires du Bénin, et Abdoulaye N’Diaye, directeur du centre de formation des magistrats de Dakar, les participants, vont plancher sur les sujets comme « l’image de la justice », « les structures du changement », « l’évolution du droit et recours aux traditions », « la participation de la société civile ».

19 septembre 2006.