Partager

C’est en octobre 2007 que Me Abdoul Wahab Berthé a été nommé ministre du Travail, de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat. Depuis, l’équipe qui l’entoure est au four et au moulin pour traduire en actes concrets la vision du chef de l’Etat en matière de réforme administrative contenue dans le Projet de Développement Economique et Social (PDES).

La direction nationale de la fonction publique et du personnel

Il a été établi que l’administration malienne est peu efficace du fait de sa trop grande concentration. Pour preuve, la seule Direction Nationale de la Fonction publique et du personnel dirigée par Sidi Traoré, s’occupe à la fois de l’élaboration de la politique nationale en matière de gestion des ressources humaines, de la gestion administrative du personnel (effectifs et emplois).

C’est elle qui organise également les recrutements, la mise en disponibilité, le détachement, le changement de corps, de régularisation administrative et de radiation. Pour plus d’efficacité, le conseil des ministres du 21 janvier 2009 a adopté quatre projets textes s’inscrivant dans le cadre de la réforme de l’Etat.

Il s’agit des projets de textes relatifs à la création, à l’organisation, aux modalités de fonctionnement et au cadre organique de la Direction Nationale de la Fonction Publique et du Personnel (DNFPP), à la création, à l’organisation, aux modalités de fonctionnement et au cadre organique du Centre National de Concours et de Recrutemenst de la Fonction Publique (CNCRFP), à la création, à l’organisation, aux modalités de fonctionnement des Directions des Ressources Humaines (DHR), à la création, à l’organisation, aux modalités de fonctionnement des Directions des Finances et de l’Approvisionnement (DFA).

La valorisation et la rationalisation des Ressources Humaines a toujours été un souci constant du gouvernement du Mali. La gestion des ressources humaines est assure à deux niveaux : la Direction Nationale de la Fonction Publique et du Personnel et la Division Personnel des Directions Administratives et Financières.

Les missions de la DNFPP

La Direction Nationale de la Fonction Publique a pour mission la conception de la législation, de la réglementation, le suivi, le contrôle et la coordination de la mise en œuvre, la formation et le perfectionnement des fonctionnaires et autres agents de l’Etat, le contrôle des cadres organiques et la mise en œuvre du plan des effectifs, l’évaluation des besoins.

Mais l’audit de la fonction Ressources Humaines a montré la concertation au niveau du Ministre chargé de la Fonction Publique des pouvoirs en matière d’édiction des actes d’administration du personnel et de certains actes de gestion du personnel ; le relégation au second plan de la mission de conception par les Directions Administratives et Financières au profit du suivi de la situation administrative des agents et la préparation des actes d’administration et de gestion relevant du ministre chargé de la Fonction publique. Il en résulte entre autres :

• l’absence de politique et de plan de formation et de perfectionnement
du personnel et de plan de carrière des agents ;

• l’inadéquation entre le profil et l’emploi ;

• le manque de motivation ;

• L’inapplication efficiente des cadres organiques.

Certes, d’importants efforts ont été faits en vue d’une meilleure gestion des ressources humaines tels que la réforme du Statut Général des Fonctionnaires et autres Statuts Particuliers, l’élaboration et l’adoption des textes sur les cadres organiques.

Mais force est de reconnaître que malgré ces mesures, il existe une faible productivité de l’Administration qui s’explique en grande partie par l’absence d’une politique cohérente des ressources humaines.

La performance du secteur public est fortement tributaire du renforcement de la capacité des personnels qui y travaillent. Ceci passe par des mesures fortes pour renforcer la compétence, la motivation et la responsabilisation des agents publics.

C’est pourquoi, à l’adoption des conclusions de l’audit de la fonction Ressources Humaines, le gouvernement a recommandé la création des DRH en vue de : l’extension du champ de la Gestion des Ressources Humaines à la totalité de son champ d’application notamment aux activités comme les conditions de travail et de sécurité, des relations sociales, la communicaiton interne ; la redistribution des activités de GRH entre la Direction Nationale de la Fonction Publique et du Personnel (DNFPP) et les services de GRH des ministères et régions à travers le désengagement de la DNFPP des activités opérationnelles à leur profit.


Ce qui implique :

– la restructuration de la DNFPP qui permettra à celle-ci de se consacrer à ses missions de service central et la déconcentration de certains actes d’administration et de gestion de la DNFPP au niveau de la Direction des Ressources Humaines ;

a création des Directions des Finances et de l’Approvisionnement pour la prise en charge des domaines des Finances et du Matériel des Directions Administratives et Financières ; la création des Bureaux des Ressources Humaines au niveau des Régions et du District de Bamako auprès des gouverneurs de région.

Ces mesures importantes entrent en droite ligne dans l’objectif global du Programme de Développement Institutionnel qui vise la mise en place d’une administration crédible et performante.

L’adoption de ces textes va insuffler une nouvelle dynamique au Programme de Développement Institutionnel (PDI).


Daba Balla KEITA

23 Janvier 2009