Partager

Au cours d’un point de presse vendredi dernier au siège de la Commission de l’Union européenne à Bamako, S. E. Mme Irène Horejs, chef de la délégation, et Mme Dominique Dellicour, chef d’unité de coopération (Aidco) à la Commission européenne à Bruxelles, ont annoncé le lancement prochain du Parad qui devra bénéficier de l’appui financier de l’UE.

En présence du directeur national des collectivités territoriales, Mme Dominique Dellicour et l’ambassadeur Irène Horejs ont évoqué de long en large le nouveau programme de réforme administrative et de décentralisation.

Financé à hauteur de 72 millions d’euros, soit 47 232 000 000 F CFA, le Parad sera mis en œuvre à travers la méthode de l’appui budgétaire sectoriel.

Il faut dire que la fin de 2005 sera marquée par la clôture du programme de la CE d’appui à la première phase de la décentralisation au Mali (1999-2005).

Dans la continuité de la première phase de mise en place des collectivités maliennes, la Commission européenne entend poursuivre son soutien à la décentralisation dans le cadre du 9e Fed, tout en l’insérant dans un appui plus vaste à la réforme de l’Etat dans son ensemble.

Le Parad, ont expliqué les conférencières, est ce programme de la Commission destiné à accompagner le gouvernement malien dans la mise en œuvre du programme de développement institutionnel et des actions indiquées par le document cadre de politique nationale de décentralisation.

L’aide budgétaire apportée par le Parad, aux dires des conférencières, devra également permettre à l’Etat de financer les droits de tirage spécifique destinés aux régions et aux initiatives communautaires des trois régions du Nord.

Pour le suivi du programme, Mme Dominique Dellicour a effectué une mission du 11 au 18 novembre dans des localités de Ségou et de Djenné au cours de laquelle elle a rencontré les acteurs impliqués dans la décentralisation et le développement institutionnel.

Selon elle, ses rencontres lui ont permis de prendre toute la mesure de l’exemplarité du processus de décentralisation au Mali, d’en évaluer les succès pour l’amélioration des conditions de vie des populations et de la démocratie…

« A travers le Parad, la commission européenne, souhaite aider les autorités maliennes à relever de nombreux défis », ont argumenté les conférenciers.

Amadou Sidibé

21 novembre 2005.