Partager

Le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga a présidé hier, dans un hôtel de la place, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de planification stratégique de la Mission d’appui à la refondation de l’État (Mare).

La rencontre a enregistré la présence du chef de la Mare, Oumar M. C. Koné, de nombreux responsables du département de la Refondation de l’État et d’autres invités. L’objectif général de cette rencontre, qui durera deux jours, est de permettre aux membres de la Mare de s’approprier leur mission. Spécifiquement, il s’agit pour les participants de mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement de la Mission ; d’appréhender la place de la Mare dans le dispositif institutionnel de la refondation de l’État. Et aussi, d’élaborer une stratégie assortie d’un plan d’actions pour la période 2022.

Le premier responsable de la Mare a rappelé que depuis 2012, notre pays traverse une crise multidimensionnelle déstabilisante au point de mettre en cause l’unité nationale, l’intégrité territoriale, la souveraineté de l’État ainsi que sa forme républicaine et laïque. Oumar M. C. Koné soutiendra que la déstabilisation du Mali est en grande partie due à la mauvaise gouvernance interne, la corruption et l’impunité, l’injustice et l’irresponsabilité au sommet de l’État.

Dans ce délitement de l’État reconnu par tous, le peuple malien, dans sa grande majorité à travers les Assises nationales de la refondation (ANR), analyse-t-il, a confirmé résolument la refondation de l’État. «Bien vrai que la refondation d’un Etat doit être portée dans un long processus sociopolitique, elle devrait être, tout au plus, une affaire des citoyens, donc de la société civile et des forces vives de la nation», a-t-il expliqué.

Selon le chef de la Mission, la refondation de l’État doit concourir à reconstruire les identités et les efforts brisés par les pratiques iniques de mauvaise gouvernance. Mais aussi de restaurer les identités individuelles et collectives et valoriser la citoyenneté en supprimant fortement le carcan de fer de l’État néocolonial installé dans l’administration et les consciences populaires.

Le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions a indiqué que cette rencontre consacre le démarrage effectif des travaux de la Mare, dont la vocation est d’assister son département dans la conception et la mise en œuvre des réformes institutionnelles, politiques et administratives.
Pour Ibrahim Ikassa Maïga, au sortir des ANR, la vision de la refondation de l’État doit se traduire par la mise en œuvre conséquente des réformes structurantes majeures, en vue de l’effectivité d’une gouvernance légitime et vertueuse.

Occasion pour le ministre en charge de la Refondation de l’État d’inviter les participants à réfléchir sur les actions prioritaires que la Mare devrait mettre en œuvre au cours de l’année 2022. «Au regard du caractère exécutoire des résolutions des ANR, force est de reconnaître que les experts de la Mare auront besoin d’outils et de méthodes pour mener à bien les études et recherches afin de contribuer à assoir les jalons du Mali Koura», a-t-il ajouté.
 
Mariétou KOITÉ

Source: L’Essor