Partager

Quatre membres du gouvernement viennent de boucler une tournée dans les trois régions. Une délégation ministérielle était la semaine passée dans les régions du nord du pays pour échanger avec les acteurs locaux sur l’évolution des préparatifs des prochaines échéances électorales.

Il s’agit de quatre membres du gouvernement : Kafougouna Koné (Administration territoriale et Collectivités locales), Daba Diawara (Reforme de l’Etat), Sidiki N’Fa Konaté (Communication et Porte-parole du gouvernement), Harouna Cissé (Développement social, Solidarité et Personnes âgées). La délégation ministérielle s’est successivement rendue à Kidal, Gao et Tombouctou. Après Kidal, elle a été accueillie à Gao par le gouverneur de la Région, le général Mamadou Adama Diallo. La salle de conférence du « pied-à-terre » du gouvernorat qui a servi de cadre aux débats, s’est révélée exigüe pour contenir tous les participants à la rencontre : préfets, sous-préfets, élus locaux, chefs de services régionaux, notabilités, responsables d’ONG. Après le discours de bienvenue du 1er adjoint au maire de Gao, Sabane Maïga, le gouverneur de la Région a fait le point des préparatifs du référendum et des élections de 2012. Evoquant l’élection des conseillers nationaux au Haut conseil des collectivités territoriales, le général Mamadou Adama Diallo indiquera que Gao est à jour par rapport à cette échéance et a enregistré cinq listes de candidatures : URD, ADEMA-PASJ, PDES, les indépendants « Alwata » et les indépendants « Gao Horizons 2030 ».

Le traitement de la liste des conseillers communaux qui élisent les conseillers nationaux dont le nombre s’élève à 474 ne fait l’objet d’aucun retard. Les actes de création des bureaux de vote et de nomination des agents électoraux sont pris. Selon le gouverneur, toutes les dispositions sont au point pour un bon déroulement de l’élection des conseillers nationaux dans la Région à l’exception de Ménaka où l’administration nationale est absente et les conseillers communaux dispersés entre dans de pays voisins (Niger et Algérie) et à l’intérieur du pays. Abordant les préparatifs du référendum constitutionnel et les élections présidentielles et législatives de 2012, le nombre d’électeurs pour l’ensemble de la région, avant leur traitement par la Délégation générale aux élections (DGE) s’élevait à 391 747 électeurs contre 385 481 inscrits en 2011, soit un taux de progression de 1,62%. Parallèlement aux travaux de révision des listes électorales, le gouverneur expliquera que les démembrements de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont été mis en place à tous les échelons administratifs et fonctionnent normalement.

Sur la base des résultats provisoires obtenus, les propositions de bureaux de vote provisoires ont été faites et sont établis à 1000. La situation des commissions de distribution des cartes d’électeurs dont le total régional est de 125, est déjà arrêtée par commune. Le général Diallo a souhaité que le retour des populations dans le cercle de Ménaka soit rapidement assuré. Le ministre de l’Administration territoriale et Collectivités locales, Kafougouna Koné s’est réjoui de la disponibilité de la population de Gao à s’impliquer pour l’organisation d’élections justes et transparentes. Le ministre Koné a informé l’assistance que pour ce qui est de l’élection des conseillers nationaux, les votes se dérouleront dans les capitales régionales pour des raisons de sécurité. Tous les cercles de la Région de Kidal voteront dans la ville de Kidal. De même, Gao et Tombouctou accueilleront les votants de leurs cercles. Dans la Région de Mopti, les électeurs des cercles de Tenenkou et Youwarou voteront à Mopti-ville. Le ministre a cependant précisé que cette disposition fait actuellement l’objet de pourparlers entre le gouvernement et la classe politique.

Quant au ministre Daba Diawara, il a axé son intervention sur la révision constitutionnelle. Après une matinée de débats, les représentants de la population de la Région de Gao se sont dits prêts pour des élections justes et apaisées et le référendum. « Tout sauf un vide constitutionnel », martèlera Salia Mahamane Maïga, le maire de la commune de Boura. Le ministre de la Communication, Sidiki N’Fa Konaté a invité les médias de proximité à accompagner l’Etat à relever le défi de l’organisation du référendum et des élections générales. Après Gao, la délégation ministérielle a mis le cap sur Tombouctou pour le même exercice. La conférence dans la « Cité mystérieuse » a regroupé les chefs des services régionaux et locaux, les préfets et sous-préfets, les élus, les représentants des partis politiques.

LE MATERIEL ELECTORAL RECEPTIONNE. En introduction aux échanges, le gouverneur de la Région de Tombouctou, le colonel-major Mamadou Mangara a fait l’état des lieux des préparatifs, qui fait ressortir la mise en place d’un comité de pilotage des opérations référendaire et électorales au niveau de la Région et des cercles, la création d’un cadre de concertation avec les partis politiques et la société civile, la révision des listes électorales, des sessions de formation pour le renforcement des capacités de formateurs, des conseillers aux affaires administratives et juridiques des gouverneurs, des préfets et sous-préfets, des secrétaires généraux des mairies, et les animateurs des radios de proximité. Toujours de l’exposé du chef de l’exécutif régional, l’on retiendra la réception du matériel électorale arrivé à Tombouctou le 13 mars en bon état (sauf 3 urnes cassées au cours du transport et 50 tubes d’encre pour photocopieuse manquants). S’agissant de la révision des listes électorales, Mamadou Mangara a indiqué qu’il a été enregistré pour l’ensemble de la Région, 25 288 nouvelles inscriptions, 46 624 radiations, 6311 corrections. Le nombre d’électeurs potentiels s’élève à 367 227.

Ceux-ci sont repartis entre 1333 bureaux de vote. Le ministre de l’Administration territoriale et Collectivités locales a félicité la Région pour la qualité du travail déjà abattu, avant d’expliquer les enjeux des élections et du référendum pour notre jeune démocratie. Le ministre de la Réforme de l’Etat, Daba Diawara, s’est appesanti sur la révision constitutionnelle et tous ses enjeux. Son collègue du Développement social, de la Solidarité et des Personnes âgées, Harouna Cissé, a de son côté souligné que nous devons faire preuve de plus de solidarité au moment où le pays traverse une période difficile liée à la mauvaise pluviométrie de l’année dernière et l’insécurité qui affecte les régions du nord. Le ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement, a parlé du plan de communication élaboré par le département qu’il dirige pour réussir des élections justes, apaisées et transparentes. Il a aussi noté les différentes formations initiées à l’endroit de l’ensemble des médias par rapport au traitement de l’information concernant aussi bien les élections et le référendum que la situation au Nord. L’assistance a posé de nombreuses questions relatives aux dispositions prises par rapport à la sécurité alimentaire et à la sécurité tout court au nord. Les ministres ont donné des éclaircissements sur ces questions.

S. KONATE A GAO

et M. SAYA

Amap-Tombouctou

L’Essor du 19 Mars 2012