Partager

La population Ngok Dinka de la région d’Abyei a voté à 99,9% pour un rattachement au Soudan du Sud de cette région également revendiquée par le Soudan, a indiqué jeudi un responsable du comité d’organisation de ce référendum non reconnu par les deux pays.Grande comme le Liban avec une population sédentaire d’une centaine de milliers d’habitants, la région d’Abyei est prise en étau entre Soudan et Soudan du Sud. Plus que stratégique, l’intérêt que portent Juba et Khartoum à ce territoire est essentiellement symbolique et affectif, de nombreux responsables soudanais et sud-soudanais en étant originaires. Mais les observateurs craignent que ce référendum ne débouchent sur de nouvelles violences. Outre les tensions locales entre Ngok Dinka et Misseriya, le référendum est susceptible d’attiser les dissensions toujours latentes entre Khartoum et Juba, avec à la clé la possibilité d’un nouveau conflit ouvert entre les deux ex-belligérants d’un des plus longs conflits africains.L’UA, qui mène une médiation entre le Soudan et le Soudan du Sud, mais dont les efforts pour trouver une solution au dossier Abyei sont pour l’heure restés infructueux, a qualifié le référendum de démarche « irresponsable » et de « menace pour la paix ».Et l’ONU a récemment estimé la situation à Abyei « explosive ».AFP.