Partager

Le « oui » arrive « largement » en tête selon les premiers résultats du référendum constitutionnel aux Comores destiné à renforcer les pouvoirs du président Azali Assoumani et boycotté par l’opposition, a annoncé le ministre de l’Intérieur Mohamed Daoudou.Le taux de participation dans le petit archipel de l’océan Indien de moins de 800.000 habitants s’établit à 63%, a ajouté le ministre, se félicitant que le scrutin se soit « déroulé dans de bonnes conditions ».L’opposition, qui a jugé le référendum « illégal », n’a pas fait campagne.Lundi, dans les nombreux bureaux de vote visités par nos journalistes, les électeurs s’étaient très peu déplacés, avec souvent moins d’un quart de votants une heure avant la fin du vote.Un constat partagé par les observateurs de la Force en attente de la région Afrique de l’Est (EASF). Dans la capitale Moroni, seuls quelques rares portraits du président barrés d’un « oui » sont placardés.En l’état actuel, Azali Assoumani, 59 ans et issu de la Grande-Comore, doit quitter ses fonctions en 2021 au profit d’une personnalité issue de l’île d’Anjouan pour un nouveau mandat de cinq ans.Mais si le projet de révision constitutionnelle est accepté, il pourrait, à condition de remporter les élections, rester au pouvoir jusqu’en 2029.AFP.