Partager

“M. Amadou Toumani Touré est élu président de la république définitivement dès le 1er tour”. C’est en ces termes que M. Salif Kanouté, président de la république s’est adressé à la foule nombreuse venue assister à la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle du 29 avril 2007. Cette victoire du président sortant dès le premier tour n’a pas surpris les observateurs. En tout cas, pas Afrobaromètre qui l’avait vu juste dans son rapport d’enquête datant de juillet 2005.

Afro a vu juste par rapport au taux de participation

Dans le cadre de ses activités au Mali, le réseau Afrobaromètre a initié une enquête sur le thème “Election et légitimation de la démocratie”. L’enquête a été menée du 20 juin au 7 juillet 2005 auprès d’un échantillon aléatoire de 1 244 adultes des deux sexes et dans toutes les régions administratives du pays et le district de Bamako. Elle a essayé de répondre aux interrogations suivantes : quelles perceptions les enquêtés ont des hommes potitiques, des partis politiques et du système démocratique dans son acceptation et dans son vécu quotidien ? Quel regard portent les Maliens sur le fonctionnement de certaines institutions et quel crédit ils accordent au système électoral ? Quels sont les mobiles du vote et les motifs de l’abstention ?

Comme l’élection est le seul mode de transmission du pouvoir en démocratie, l’enquête Afrobaromètre 2005 ne pouvait pas passer sous silence la présidentielle de 2007. Alors pour l’aborder, elle a posé aux sondés la question suivante: “si des élections présidentielles avaient lieu demain, pour le candidat de quel parti voteriez-vous ?”Dans son rapport de juillet 2005, Afroboromètre représenté au Mali par GREAT( Groupe de recherche en économie appliquée et théorique), donne la réponse. Et ses chiffres fournis par rapport au taux de participation et au score d’ATT sont presque les mêmes que ceux sortis des urnes le 29 avril 2007. Et c’est la première fois que les résultats d’un sondage soient aussi très proches de la réalité.

Par rapport à la participation des Maliens et des Maliennes au vote, l’enquête Afrobaromètre avait estimé le taux à 38%. Un taux calculé selon ses propres méthodes par correction des intentions des sondées. Pour corriger le taux, il faut prendre en compte, entre autres, l’âge, la possession d’une pièce d’identité.

En comparant ce taux aux 36,24% donnés par la Cour constitutionnelle rélativement au scrutin du 29 avril dernier, on peut dire sans risque de se tromper que Afro avait vu juste. Et l’écart de 2% est excusable en matière de sondage. Malheureusement, si la participation aux élections déterminait le caractère démocratique d’une société, le Mali figurerait difficilement parmi les pays démocratiques. Etant donné que notre pays n’a jamais atteind la barre de 40% de taux de participation à une élection depuis l’avènement de la démocratie en 1991.


Afro avait prévu le plébiscite d’ATT 2 ans avant

A la question “pour le candidat de quel parti voteriez-vous si élection demain ?”, les enquêtés ont répondu comme si chacun des partis suivants présentait son candidat. ADEMA, RPM, CNID, US-RDA, PARENA, MPR, BDIA, UDD, URD … En plus de ces formation politiques, Afro a tenu compte de cette autre réalité qui caractérise le débat politique depuis 2002, à savoir la présence du Mouvement Citoyen. Cette association politique clame haut et fort sa fidélité au président de la République qui est un sans parti.

Pour prendre en compte le cas ATT, Afro a considéré le Mouvement citoyen comme un parti afin de faciliter la tâche et aux enquêtés et aux enquêteurs. L’objectif visé n’était sans nul doute de faire l’amalgamme à ce sujet, car la loi portant charte des partis au Mali ne fait pas de confusion.

Alors si l’on se reférait à cette liste de partis, les suffrages iraient au candidat du MC (26%) devant celui de l’ADEMA (18%°) ou du RPM (11%) “si élection demain”.Selon toujours le rapport Afrobaromètre, les militants du Mouvement citoyen ainsi que ceux de l’URD voteraient à 82% pour leur propre candidat. Cette loyauté ne serait que de 68% à l’ADEMA et 67% au PARENA. Mais, au moment où Afro rendait public son rapport, on était encore loin de la présidentielle. Or, on est, de plus en plus, convaincu qu’un parti seul ne peut gagner une élection au Mali, il faut alors faire des alliances, dès fois de contre-nature.

C’est ainsi que pour aborder les élections générales de cette année, deux alliances ont été constituées. Il s’agit de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) qui soutient ATT et la Front pour la Démocratie et la République (FDR) qui jure de réaliser l’alternance. Ce faisant, certains partis n’ont plus présenté leurs propres candidats, ayant préféré soutenir tel ou tel candidat dans le cadre d’une des plate-formes d’alliance signées. C’est pourquoi, à part, le RPM et le PARENA, sur la liste fournie par Afro qui, tous les autres ont soutenu ATT dans le cadre de l’ADP.

Cependant, cette réalité ne fausse pas totalement les prévisions de Afro. Et une addition des taux attribués à chaque parti, s’il présentait son candidat, confirme la victoire d’ATT. Le calcul donne: Mouvement citoyen (26%)+l’ADEMA (18%)+ l’URD (7%)+CNID (3%)=70% .Ce taux est proche des 70,89% du ministère de l’administration territoriale par rapport aux résultats provisoires. Mais ce chiffre sera porté à 71,20% par la Cour Constitutionnelle.

Dans l’un ou dans l’autre cas, toujours est-il que la différence avec le chiffre de Afro ne dépasse pas 1,20%. Ce qui peut être corrigé quant on sait que l’enquête attribue 17% aux autres partis . Or parmi ces partis, certains sont membres de l’ADP. A croire donc que le camp présidentiel (l’ADP, la fédération des associations de soutien à ATT et le Mouvement Citoyen) avait lancé le slogan “Takokélen” en se reférant aux prévisions d’Afrobaromètre en 2005.

Par rapport à d’autres candidats, comme IBK et Tiébilé, à qui Afro avait attribué respectivement 11% contre 19,15% et 2% contre 3,04%. La performance des candidats du RPM peut s’expliquer par la confusion au sein de l’Adéma.Malgré son départ de ce parti, IBK est toujours adulé par certains adémistes qui ont dû voter pour lui le 29 avril, contre ATT et Soumeylou. A ceux-ci il faudrait ajouter.l’apport de certains partis membres du FDR mais qui n’avaient pas de candidats. Qui sait si Dramé n’aurait pas bénéficié des mêmes faveurs pour se retrouver à 3,04% ?

Dans tous les cas, Afro aurait pu sonder les électeurs en 2007 pour permettre de connaître l’implantation sociale de chaque candidat. Il faut l’encourager à le faire. On croirait davantage aux résultats du sondage d’autant plus que les prévisions de 2005, donc deux ans avec l’élection, se sont avérés prémonitoires.

Oumar SIDIBE

17 mai 2007.