Partager

Avec l’éclosion des nouvelles technologies de l’informatique, l’office national des Postes du Mali (ONP), s’est vu confronter à de nouvelles difficultés. Le développement de l’Internet a conduit des clients potentiels à se détourner des services postaux. Face à la menace, la poste avait deux alternatives : Soit elle abdique et assiste impuissant à sa lente fermeture, soit elle se donne les moyens de transformer la menace technologique en opportunité afin de survivre.

C’est la deuxième alternative que l’ONP a choisie. Pour s’adapter à la marche du monde et pour s’attirer d’avantage de clients, l’office national des postes du Mali vient de se doter d’un centre des technologies postales.

Cet outil qui vient révolutionner l’histoire de la poste au Mali était le 29 octobre 2008 au centre d’une cérémonie organisée à la Recette Principale de Bamako, communément appelé « La grande poste ». Pour signer l’entrée de la poste malienne dans les nouvelles technologies de la Communication et de l’information, le ministère de la Communication et des novelles technologies a mis les petits plats dans les grands. L’inauguration du centre des technologies postales a été une belle occasion pour démontrer que le Mali s’est installé en demeure dans les NTICS.

Dans une prouesse technologique, la cérémonie d’inauguration s’est déroulée sur trois sites différents, mais de façon simultanée. Pendant que Abass Fambougoury Traoré, chef de cabinet du ministre de la Communication et des nouvelles technologies, était à Tafacirga, pour participer à la cérémonie en compagnie du maire et des notabilités de la localité située à environ 100 kms de Kayes, Modibo Sidibé, Premier ministre et ses plus proches collaborateurs s’installaient dans la salle de conférence de la primature pour le même objectif.

Pour sa part, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, ministre de la Communication et des nouvelles technologies, avait installé ses quartiers à la grande poste de Bamako. Pour la circonstance, elle avait à ses côtés Sadio Gassama, ministre de la Sécurité intérieure et de la protection civile, Ahmadou Abdoulaye Diallo, ministre de l’Economie, de l’industrie et du commerce et Mme Gakou Salimata Fofana, ministre du Logement, des affaires foncières et de l’urbanisme.

Après un exposé de Yoro Coulibaly, PDG de l’ONP sur la situation actuelle de la poste malienne, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo a rappelé que le premier bureau de poste a été créé en 1871 à Nioro du Sahel et le dernier a ouvert ses portes le 22 avril 2008 à Tafacirga, dans la région de Kayes.

Elle dira que les 137 années de la poste malienne, sont chargées d’histoire. « De la distribution à pied à la distribution à mobylette en passant par l’âne, le cheval, le chameau et la bicyclette, la poste utilise aujourd’hui, l’auto, l’avion et internet », a-t-elle déclaré. Selon Mme le ministre, l’histoire fulgurante de la poste malienne, pendant les vingt dernières années, a été marquée par des réformes structurelles qui ont consacré la séparation des postes d’avec les télécommunications et d’avec les CCP/CNE.

Mais, Mme le ministre estime que la plus grande contrainte pour la poste malienne a été la poussée fulgurante des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans un contexte de concurrence exacerbée par la libéralisation des marchés et la mondialisation de l’économie. « Tous ces facteurs ont eu de gros impacts sur les activités de l’Office national des postes du Mali qui devait se trouver une stratégie pour transformer la menace technologique en opportunité afin de survivre », a-t-elle indiqué. Elle dira que son département a accompagné le projet d’appropriation des TIC par l’office national des postes afin de lui permettre d’améliorer la qualité de ses prestations traditionnelles et d’introduire de nouveaux produits à haute valeur ajoutée.

Le centre de technologies postales du Mali, selon Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, une plate- forme technologique capable d’héberger tous les nouveaux services électroniques postaux. Avec ce centre, plus rien n’empêche l’ONP des postes du Mali à développer les produits comme le mandat- minute et le change de devises.

M. Nimaga, maire de Tafacirga, sans quitter sa commune a participé à la cérémonie. Il a indiqué que l’arrivée de la poste dans sa commune a fait de nombreux heureux en ouvrant les portes du monde à ses administrés.

Il a estimé que le mandat minute est un instrument formidable de lutte contre la pauvreté en zone rurale. Pour sa part, le Premier ministre Modibo Sidibé a salué cette belle initiative qui aide la poste malienne à s’adapter à son époque. Il a salué cette nouvelle technologie, qui selon lui, préfigure les vidéoconférences entre les autorités centrales et locales.


A.S

31 Octobre 2008