Partager


Le mali, comme la plupart des pays Africains fait de leur priorité, la santé des femmes en général et spécifiquement la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Notre pays vient de célébrer la 4ème édition de la maternité à moindre risque le 14 juin dernier dont le thème était : « Naître et grandir en Afrique un défi pour les systèmes de santé« .

L’institutionnalisation de cette journée par le gouvernement Malien et le ministère de la santé est très salutaire, mais il faut reconnaître que beaucoup reste à faire dans le cadre de l’amélioration de la santé des femmes et des enfants.

C’est pour cette raison et surtout les résolution de la conférence des premières Dames à Londres que Famely Care International en collaboration avec, la direction nationale de la santé, l’association des sages femmes du Mali et le Professeur Amadou Dolo de la Faculté de Médecine pour mieux imprégner les médias sur la problématique de la maternité à risque au Mali.
La salle de 500 places du Centre Djoliba a abrité une conférence de presse le jeudi dernier.

Cette conférence était animée conjointement par le Pr. Amadou DOLO de la Faculté de Médecine de Bamako, de Mme Kané Fatoumata Kané et de Margueritte Dembélé avec comme thème : Réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

C’est avec deux proverbes que le Pr. Dolo a introduit son allocution : « Je vais à l’océan chercher un nouveau bébé mais le voyage est long et dangereux et il se peut que je ne revienne pas » et Fred SAI « Aucun pays n’envoie ses soldats en guerre, pour protéger leur patrie sans assurer qu’ils rentreront en sécurité, et pourtant la race humaine envoie les femmes au combat depuis des siècles, pour renouveler la ressource humaine, sans la protéger ».

Le Pr. Amadou Dolo, dans son exposé a fait ressortir toute la problématique liée à la santé de la femme et de l’enfant en Afrique et au Mali. Pour le conférencier, les causes de la mortalité maternelle et néonatale se résument en trois grands retards : retard de la prise de décision, retard aux accès aux formations sanitaires et retard aux soins.

Selon le Pr. Dolo, la réduction de la mortalité néonatale maternelle passe forcement par l’implication de tous et la situation actuelle est une tragédie inadmissible pour le Mali.
Quant à Mme Kané Fatoumata Kané, elle expliqua le but et les objectifs de cette conférence.

Selon elle, le but essentiel de la conférence est de contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, en attirant l’attention de l’opinion publique sur les liens existants entre le développement du pays et la santé des femmes. Elle vise également à attirer l’attention de l’opinion publique et des décideurs sur la problématique de la maternité à moindre risque au Mali ; expliquer les stratégies à adopter pour atteindre les OMD 4 et 5 et de diffuser la déclaration faite par les ministres et parlementaires lors de la conférence de Londres.

Mme Kané a aussi expliqué les résolutions de la conférence des 1ères dames à Londres : Le Mali, comme d’autres pays Africains a participé à plusieurs rencontres et conférences internationales sur l’initiative de la maternité à moindre risque parmi lesquelles nous pouvons citer la conférence de Niamey et de Naïrobi en 1987, et du Sri lanka en 1997, à ces initiatives s’ajoute la Vision 2010 adoptée par les épouses des chefs d’Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre lors d’un forum à Bamako en 2001 et dont le leadership est tenu par notre première Dame, Mme Touré Lobbo Traoré.

C’est dans ce même cadre q’une autre conférence internationale a été co-organisée par Family Care International en octobre 2007 à Londres sur la maternité à moindre risque, car la remarque générale est que malgré tous les efforts fournis en Afrique, les taux de mortalité maternelle et périnatale n’ont pas connu malheureusement des améliorations significatives dans plusieurs pays.

Les objectifs et les buts de cette conférence :

– monter que l’engagement pour les femmes et la santé maternelle est lié aux progrès économiques et au développement social. Il s’agit là du fondement du thème de la conférence : engagez-vous pour les femmes- ça vaut la peine ;

– redéfinir la santé maternelle comme une question liée au développement et aux droits humains ;

– influencer l’opinion publique et obliger l’action politique par le biais de la recherche des données et études des cas, ainsi que le témoignage des milliers de femmes, défenseurs et autres agents sanitaires du monde entier pour montrer que l’engagement en faveur de la santé maternelle constitue une stratégie intégrale pour atteindre les OMD est un élément essentiel des droits humains.

Mettre en évidence les trois piliers de la santé maternelle : services de santé reproductive exhaustifs ; soins qualifiés durant et immédiatement après la grossesse et l’accouchement; et les soins d’urgence en cas de complications graves.

Rapellons que Family Care International (FCI) est une organisation à but non lucratif qui travaille pour assurer aux femmes et adolescents l’accès aux informations de qualité et services dont ils ont besoin afin d’améliorer leur santé reproductive. L’ONG intervient au Mali depuis 2003 auprès des jeunes dans le District de Bamako et la Région de Ségou.


Moustapha GUITTEYE

04 Aout 2008