Partager

Après sa confirmation comme président de la Transition par la Cour constitutionnelle, le colonel AssimiGoïta a prêté serment le lundi 7 juin au Centre international de conférence de Bamako (CICB), en l’absence de plusieurs partenaires du Mali. 

Dans son discours, le chef de la junte dit vouloir renoncer aux 2/3 du fonds de souveraineté du président. Une initiative saluée par  Issa Kaou Djim qui a invité les autres responsables des institutions de la République à faire de même.

Dans son discours d’investiture, le colonel AssimiGoïta a affirmé devant le public sa volonté de réduire le terrain de vie de l’Etat en commençant par la première institution de la République qu’il incarne.

À cet effet, il a annoncé sa volonté de renoncer aux 2/3 du fonds de souveraineté de la présidence soit 1,8 milliard FCFA. Cette somme, selon l’officier supérieur, sera utilisée pour les besoins des populations notamment l’alimentation, la santé, l’éducation, l’eau etc.

Une initiative dont s’est réjoui le président de l’association  Action Citoyenne pour la Réussite de la Transition (ACRT), Issa Kaou Djim, qui a invité les autres responsables de l’Etat à faire pareil notamment le président du CNT, MalickDiaw, le nouveau Premier ministre, ChoguelKokalla Maïga.

Pour le 4e vice-président de l’organe législatif de la Transition, cette initiative pourrait beaucoup contribuer à l’apaisement de la crise sociale au Mali caractérisée par des revendications syndicales.

Il soutient que cette volonté du président de la Transition montre son amour pour le Mali et sa capacité à rassembler tous les Maliens. «Le colonel AssimiGoïta est une nouvelle chance pour les Maliens», a-t-il ajouté.

«La réconciliation passe par la justice», souligne Issa Kaou Djim qui est un des points majeurs du nouveau président de la Transition. «Tous les auteurs des détournements de fonds publics doivent être arrêtés et jugés», souhaite Issa Kaou Djim.

Mantan Koné

Source: Le Wagadu