Partager

La grande lessive à la fonction publique malienne a-t-elle réellement commencé? Après l’arrêté N°2012-1526/MFPGRAP-WFPP-D1-1 portant annulation des Arrêtés d’intégration de certains fonctionnaires pris le 13 juin 2012 par le Ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et des Reformes Administratives et Politiques, chargé des Relations avec les Institutions, tout porte à le croire.

La question est aujourd’hui de savoir si au-delà des personnes incriminées, les responsables de certaines administrations centrales qui ont cautionné cet état de fait seront aussi mis en cause.
Ce sont au total 147 fonctionnaires qui ont vu leurs arrêtés d’intégration rapportés par le Ministre Mamadou Namory Traoré. Des recrutements massifs et en catimini qui ont été faits dans tous les corps de l’administration dans les fonctions publiques d’état et des collectivités territoriales: Maîtres titulaires (39); Contrôleurs et Agents de Constatation des Douanes (31); Contrôleurs des Finances (10); Contrôleurs et Inspecteurs des Impôts (12); Contrôleurs et adjoints du Trésor (11); adjoints et attachés de l’administration (35) ; technicien de santé ; secrétaire des affaires étrangères ; techniciens du tourisme, art et culture (3) ; secrétaire d’administration ; technicien de l’informatique ; technicien des constructions civiles et adjoints des services financiers.
Ces fonctionnaires indélicats qui sont accusés d’avoir usé de faux diplômes, de diplômes falsifiés ou non reconnu pour faciliter leur intégration dans la fonction publique sont désormais menacés de poursuites judiciaires.

La palme aux services des douanes:

Le fait notoire est que dans cet arrêté, les agents de douane ayant été recrutés sur la base de faux diplômes, de diplômes falsifiés ou non reconnus constituent le plus gros contingent. Cela s’explique par le fait que tout le monde veut devenir douanier. Ces deux dernières années, la première dame du Mali, Mme Touré Lobbo Traoré a envoyé ses neveux qui sont devenus agents de saisie de la catégorie «D»mais qui, au bout de quelques mois, se sont retrouvés dans la catégorie «A», inspecteur des douanes. Ce qui est de nature à démoraliser les cadres sérieux de l’administration.

Tout ce personnel a été recruté de façon illégale par la première dame de l’époque et sa fille Mabbo Touré qui avait ses entrées à la douane. Celle-là même qui cogérait l’administration des douanes en son temps. Et à cause d’elle, les neveux, les cousins, les beaux-frères, les belles sœurs ont envahi la douane. Et tout ce beau monde en l’espace de quelques mois s’est retrouvé à la catégorie d’inspecteur des douanes en violation flagrante de la loi. Selon certaines indiscrétions, la fille de l’ancien président déchu, Mabbo Touré avait même ses coursiers dans les rangs des agents recrutés en catimini. En effet, une partie de son agence «Océan Communication» s’est retrouvée du jour au lendemain bardé de galons. L’actuel assistante-secrétaire du sous-directeur de l’administration générale n’est elle pas sa belle sœur? Et bien d’autres exemples que nous taisons pour le moment.

Les actuels tenants de la direction générale des douanes ont cautionné ce hold-up sur la douane parce qu’ils avaient aussi mis leurs parents sur la liste. Il suffit de faire un tour au Service National des Jeunes (SNJ) où les agents des douanes sont en formation militaire pour comprendre la fumisterie et la supercherie.
En réalité, le problème est beaucoup plus profond que çà. Le ministre a commencé une mission salvatrice, il faut qu’il ait le courage d’aller jusqu’au bout.

Aujourd’hui, comment peut on compter après toutes ces bévues sur l’actuelle direction des douanes pour opérer le changement tant souhaité et voulu par le peuple.
L’acte commis par le Directeur général des douanes, Col Modibo Maïga est inqualifiable et impardonnable. Sinon, comment comprendre que des agents de service informatique qui ont le même grade que les archivistes, les chauffeurs, plantons aient pu se retrouver en quelques mois seulement inspecteurs des douanes sans concours.

Seydou Oumar N’DIAYE

Le Prétoire du 21 Juin 2012