Partager

Les membres du mouvement vert jaune rouge ont marché, hier mardi, sur l’Ambassade des États-Unis pour demander leur aide pour une résolution rapide de la crise du nord du Mali. La chargée d’affaire de l’ambassade a été plus que claire: » Les États-Unis n’aideront le Mali qu’après avoir organiser des élections pour discuter avec un pouvoir légitime.

Ils étaient près d’une centaine de manifestants à se regrouper hier matin devant la bourse du travail pour prendre part à la marche. Ils ont emprunté la bretelle passant par les monuments de la Paix et de Liberté pour s’arrêter devant l’Ambassade des États-Unis, à l’ACI-2000. Les marcheurs arboraient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : » Soyons unis pour sauver notre patrie « , » Ne pas aider le Mali, c’est créer les Talibans d’Afrique ce qui serait très dangereux non seulement pour les pays africains, mais aussi pour la stabilité du monde entier« , « Je suis fier d’être Malien et toi ? « .

Tout au long du trajet, à chaque 30 mètres les marcheurs s’arrêtaient pour chanter l’hymne du Mali tout en laissant flotter le drapeau du pays, vert, jaune, rouge. Arrivé à l’ambassade, les responsables du mouvement ont été reçus par la chargée d’affaires Margaret Mc Elligott. Celle-ci leur a clairement affirmé qu’il y a au Mali le tricéphalisme du pouvoir. Ils ne savent pas avec qui de Dioncounda Traoré, président par intérim, Cheick Modibo Diarra, premier ministre et Amadou Aya Sanogo, président du CNRDRE discuter sur la libération du nord. Elle a affirmé que les américains ne peuvent aider tant qu’ils ne sont pas unis.

Pour cela, souligne t-elle, il faut d’abord l’organisation des élections pour avoir un pouvoir légitime avec qui discuter. Une condition sine qua non pour avoir leur aide. Elle a même arrivée dit, malgré l’occupation du Mali, les États-Unis sont parvenus à un moment donné de leur histoire à organiser des élections sans la participation de 13 États.

Falé Coulibaly

L’Indépendant du 26 Septembre 2012