Partager

Telle a été la peine infligée par la Cour lors de l’audience du vendredi 5 juillet à Hawa Konaté, caissière à la caisse associative «Sini Nyesigiso» de Koulikoro gare. En outre, Hawa Konaté a été condamnée au remboursement du montant détourné et au paiement de 10 000 000 FCFA à titre de dommages et intérêts.

Le 11 mai 2009, Hawa Konaté, caissière à la caisse associative «Sini Nyesigiso» de Koulikoro gare depuis novembre 2003, avoua au gérant de ladite caisse, qu’elle a utilisé la somme de 3 000 000 FCFA qu’elle devait reverser au niveau du coffre pour régulariser certaines situations frauduleuses au niveau de sa caisse.

Suite à cette confession faite par son agent, le gérant avisa téléphoniquement la direction du réseau. Aussitôt informée, celle-ci dépêcha à Koulikoro une équipe d’inspection en vue de faire la lumière sur cet aveu de fraude. Les investigations sommaires permirent de déclarer des retraits frauduleux de liquidités au niveau de sa caisse appelé couramment déficit d’encaisse pour un montant de 4 322 235 FCFA.

A ce déficit s’ajoute un autre déficit d’épargne constitué d’opérations de retrait par imitation de signature et d’opérations de dépôt non comptabilisées par utilisation de bordereaux parallèles pour un montant total de 30 401 500 FCFA.

A l’issue des investigations, le rapport d’inspection du comptoir de Koulikoro gare produit le 22 juillet 2009 chiffra le montant total du détournement à la charge de la caissière Hawa Konaté à la somme de 34 723 735 FCFA. A la lumière de tout ce qui précède, le montant établi à la charge de l’inculpée Hawa Konaté est de 34 673 735 FCFA.

Face à cette gabegie financière, la direction du réseau des caisses d’épargne et de crédit du Mali «Nyesigiso» s’est constituée partie civile. C’est ainsi que Hawa Konaté fut inculpée pour atteinte au bien public.

En comparaissant à la barre devant la Cour d’assisses, l’accusée a reconnu que tous les documents comptables ont été signés par elle-même sur les 62 comptes où il y a eu des déficits exceptés deux comptes où elle a indiqué que sa signature a été imitée par un autre agent. Avant d’expliquer à la Cour qu’elle a fait de telles opérations afin de régulariser certaines situations frauduleuses au niveau de sa caisse.

Lors l’audience, le conseil de la partie civile, Me Yacouba Koné de dire que cette affaire est révélatrice de tous les problèmes que connait cette institution financière. Selon lui, le déficit est constant et les faits sont suffisamment établis. Avant d’ajouter que Nyesigiso entend rentrer en possession de son dû. Il a sollicité de la Cour que l’accusée paye 10 000 000 FCFA à titre de dommages et intérêts.

Le ministère public, représenté par le substitut général, Hamet Sam a requis l’application d’une peine exemplaire. Car, dira t-il, Hawa Konaté a substitué l’intérêt privé à l’intérêt général.

Me Mamadou Koné qui assurait la défense de l’accusée a tenté de convaincre les jurés que ce genre de situation est fréquent dans les institutions financières où les responsables profitent de la naïveté des agents pour faire des opérations frauduleuses. Avant de plaider que bien vrai que sa cliente a reconnu les signatures elle n’a pas été la seule à agir.

La Cour, qui était présidée par Amadou Souleymane Sidibé, en toute souveraineté l’a reconnue coupable tout en lui accordant le bénéfice des circonstances atténuantes. Elle lui a infligé la peine de 5 ans de réclusion avec sursis. En outre, Hawa Konaté a été condamnée au remboursement du montant détourné et au paiement de 10 000 000 FCFA à titre de dommages et intérêts.

Bandiougou DIABATE

08 Juillet 2013.