Partager

Les ministères de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, de l’environnement et de l’assainissement, ont procédé le mardi 21 mai 2013, au lancement de l’atelier de réflexion et de partage d’informations sur la réconciliation et la reconstruction post-conflit dans la zone du Gourma malien. L’atelier a été organisé en collaboration avec WILD Fondation.

Cet atelier de trois jours qui prendra fin le jeudi 23 mai 2013 a réuni plus de 70 participants de tout bord. Il s’agit entre autres des représentants de différents ministères : de la jeunesse et des sports, de l’emploi et de la formation professionnelle, de l’hydraulique et de l’énergie, de la culture, du tourisme et l’artisanat, de l’environnement et l’assainissement, des affaires étrangères et de l’agriculture… et des représentants diplomatiques de la grande Bretagne, les pays bas- l’Allemagne, le Canada, les Etats Unis et de la France. On y a aussi noté la présence des partenaires techniques : Banque Mondiale, PNUD, OXFAM.

Les Associations et représentants de la société civile, y étaient aussi représentés : CAFO, COREN etc. Sans oublier la participation des personnes ressources comme ses excellences Mohamed Ag Hamani, Ousmane Issoufi Maiga et le General Mohamed Maiga, Alain Gerbe, Abdoulaye Cissé, Belco Maiga. La situation que vit la nation ne laisse plus personne indifférente. Cette guerre et ses impacts sur la vie des communautés et sur l’environnement du Gourma malien, inquiètent plus d’un. Ce pendant pour trouver des perspectives afin de mieux préparer l’après-guerre dans les zones sous conflits pour la réconciliation et la reconstruction, les participants de cet atelier auront comme objectif de partager les informations disponibles et identifier les menaces qui pèsent sur la paix entre les communautés. Ils doivent aussi préparer une plate forme consensuelle sur les mesures immédiates à prendre dans le cadre des aides d’urgences qui se mettent en place. Il leur incombe de définir les modalités de la reconstruction post-conflit dans la zone du Gourma et son articulation au processus plus global de la réconciliation.

En fin, les participants sont chargés de baliser le processus de rétablissement de la paix entre les groupes sociaux. Apres avoir remercié l’autorité et les invités, au cours de son allocution la représentante de la fondation Wild, Dr Susan Canney a fait savoir que ce conflit déstabilise les fragiles équilibres antérieurs et bouleverse l’environnement économique, les équilibres sociaux et politiques des régions touchées. «Les zones touchées par le conflit c’est votre engagement, votre détermination à aller dans un premier temps dans la réconciliation sociale qui déterminera la réussite de la reconstruction physique. Et cela est la condition première pour assurer la survie d’un patrimoine national et international qui profitera aux générations actuelles et futures : je veux ainsi montrer du doit les éléphants du Gourma», a-t-elle déclaré.

Lors de son intervention, le Ministre délégué chargé de la décentralisation et l’aménagement du territoire, Abdrahamane Oumarou Touré a déclaré que la tache de reconstruction de tout ce qui a été détruit par les occupants n’est certes pas aisée, mais qu’elle est exaltante. Tout en soulignant que la réconciliation et la reconstruction sont des conditions indispensables pour envisager l’avenir. «Le présent atelier vise à faire en sorte que nous puissions nous pencher sur les voix et moyens de rétablir la paix sociale, reconstruire à moyen terme et long termes les infrastructures, rétablir le tissu économique et envisager un avenir commun avec toutes les populations du Mali en général et du Gourma en particulier»,a-t-il précisé.
Ousamane Baba Dramé

Le Républicain du 23 Mai 2013