Partager

Le Mali a accueilli le forum ministériel mondial sur la recherche pour la santé les 17, 18 et 19 novembre derniers CICB. La rencontre dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le président de la République, Amadou Toumani Touré, a été sanctionnée hier après-midi à la clôture, par une déclaration dite « L’appel de Bamako ».

Evènement majeur dans le domaine de la recherche scientifique et technologique, le forum ministériel mondial de Bamako sur la recherche en santé, a justifié le déplacement au Mali d’un monde cosmopolite de chercheurs des cinq continents, avec au total 1 100 participants.

Abrité par le Mali au nom de toute l’Afrique où l’évènement a lieu pour la première fois, la rencontre est une initiative des cinq partenaires du secteur de la recherche, à savoir, la Banque mondiale, le Conseil de la recherche en santé pour le développement (COHRED), le forum mondial pour la santé, l’UNESCO et l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
Faisant suite aux deux précédentes réunions du genre tenues respectivement en 2000 à Bangkok (Thaïlande) et en 2004, à Mexico (Mexique), le forum ministériel de Bamako se voulait une étape charnière pour donner une nouvelle orientation, une nouvelle impulsion à la recherche, notamment par l’introduction de nouvelles approches basées sur l’innovation.

Aussi, pour beaucoup, le thème: « La recherche pour la santé » marque un tournant décisif, dans un contexte où, jusqu’à une date relativement récente, l’accent était surtout mis sur « la recherche en santé ».

Selon les acteurs soutenant l’initiative, cette volonté de réorienter le système de la recherche procède du constat fait au plan international que « seule une part trop faible de la recherche en santé concerne les maladies négligées et la santé des personnes pauvres dans les pays à revenu faible et moyen ».

« Nous n’aboutirons à des résultats probants que si nous sommes capables de faire preuve de créativité », a indiqué dans son intervention, le directeur adjoint de l’Unesco, Walter Erdelen. « Ici à Bamako nous voulons démontrer qu’une approche plus viable existe pour lutter contre certaines maladies de grande préoccupation comme le paludisme, la tuberculose, les fièvres hémorragiques », a soutenu pour sa part, le représentant de la Banque mondiale qui prône l’innovation technologique dans le domaine de la recherche en santé.

Pour le président de la République, Amadou Toumani Touré, la tenue de ce forum en Afrique est la consécration de l’engagement pris de longues dates par le continent dans le sens du développement d’une véritable culture de recherche en santé. Au nombre des repères historiques existant à ce propos, le président de la République rappellera le 19è congrès des hommes de sciences en Afrique, tenu à Brazza en 1987 sur une initiative de l’OUA.

Dans un contexte où l’Afrique fait encore face à certains défis que représentent le paludisme, le VIH Sida, la fièvre hémorragique et la grippe aviaire, le salut de notre continent, dira ATT, passe par la mise en place d’un système de recherche performant beaucoup plus centré sur une approche de prévention et de gestion de ces épidémies et endémies.

Le chef de l’Etat a salué les chercheurs africains en santé pour leur courage et leur esprit d’imagination et fait une mention spéciale au centre de recherche et de formation sur le paludisme dirigé par notre compatriote, le professeur Ogobara Doumbo.

Le forum ministériel mondial sur la recherche pour la santé, en plus des nombreuses sessions parallèles organisée en marge de l’événement par les différentes commissions constituées, a été également marqué par des réunions ministérielles (6 séances au total) ayant abouti à la formalisation de deux textes majeurs : « L’appel de Bamako » et le « Communiqué de Bamako ».

Grâce aux espaces d’exposition ouverts sur certains produits de la recherche en Afrique et ailleurs, les participants ont pu apprécier les prouesses enregistrées dans le domaine des sciences et des technologies, particulièrement dans le secteur de la recherche en santé pour le développement.

OUMAR DIAMOYE

20 Novembre 2008