Partager

La recherche pétrolière au Mali est le thème choisi par le mouve­ment « la Génération efficien­te » à l’occasion de son forum de lancement tenu les 10 et 11 août 2007 au Mémorial Modibo Kéïta.

La génération efficiente, qui vient d’être mise sur les fonts baptismaux, regroupe des jeunes du Mali et de la diaspora ayant pris conscien­ce des vastes réformes opérées par le gouvernement du Mali de 2002 à nos jours dans le domaine de l’emploi notam­ment la restructuration de l’Office de la main-d’oeuvre en Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE), la création de l’APEJ et la mise en place de structures de garantie pour soutenir les projets des jeunes. Ajouté à ces éléments, l’investissement de plus de 17 milliards de F Cfa dans le cadre de la promotion de l’em­ploi des jeunes.

Il s’agit pour ces jeunes du Mali et de la diaspora de s’or­ganiser pour saisir les futures opportunités qu’offriront le gouvernement et le président de la République à la jeunesse malienne pendant les cinq prochaines années.

Le forum organisé les 10 et 11 août par les jeunes était non seulement un cadre de concertation pour les membres de la génération efficiente, mais également l’occasion de procéder à son lancement.

Pour le président de Génération efficiente, Falaye Sissoko, il s’agit pour le mouvement de voir comment les préoccupations des membres du mouvement seront prises en compte dans le Programme de Développement Economique et Social (PDES) proposé par le chef de l’Etat au peuple malien.

La démarche, disait-il, serait de voir dans les investis­sements à fort pouvoir capitalistique quels sont les cré­neaux qui peuvent être por­teurs d’emplois durables.

C’est dans ce contexte que ce pre­mier forum de la génération efficiente a été axé sur la recherche pétrolière qui prend de plus en plus de l’engoue­ment dans notre pays.

Deux experts, en l’occurrence Alpha Cheick Cissé, ingénieur en Raffinage et chimie du pétrole et Hadi Ly, directeur de la société Mali Oil, ont animé la conférence sur l’industrie du pétrole et la recherche pétro­lière. Les conférenciers ont d’abord défini le pétrole comme étant un élément d’un ensemble de produits physi­quement divers qu’on appelle les hydrocarbures, c’est-à-dire les composés de l’hydrogène et du carbone.

M. Cissé qui a fait l’historique de l’industrie du pétrole et de la recherche pétrolière au Mali a affirmé que le premier puits de pétro­le a été découvert en 1859 à Pennsylvanie aux USA.

Au Mali, disait-il, la recherche pétrolière a connu une évolu­tion à trois niveaux. Il s’agit de la période qui s’étend de 1960 à 1970, ou l’Etat était le seul opérateur ; celle qui va de 1970 à 1984 et qui correspond à la libéralisation du secteur pétrolier.

Enfin, la dernière qui s’étend de 1984 à nos jours, fut marquée par d’impor­tantes réformes dont la pro­mulgation de la nouvelle loi pétrolière et la création de l’Autorité pour la recherche pétrolière (Aurep).

Cette structure est signataire de toutes les conventions de recherche et d’exploitation pétrolière sur le territoire national.

Les exposés des différents conférenciers ont édifié les jeunes sur le chemin à parcou­rir et les préalables à requérir avant la mise en exploitation du pétrole au Mali.

Les recom­mandations issues du forum seront validées dans un cadre beaucoup plus large et seront soumises aux décideurs à tous les niveaux des structures de l’emploi pour qu’ils en fassent siennes dans leur politique de promotion de l’emploi, a sou­ligné le président de la généra­tion efficiente, Falaye Sissoko, dont le mouvement ambition­ne de mettre en synergie les efforts de l’ensemble des acteurs oeuvrant pour la pro­motion de l’emploi.

Idrissa Maïga

16 août 2007.