Partager


Le ministre de l’Agriculture, M. Seydou Traoré, a procédé, le 31 Août 2007, dans la salle de conférences de son département, à la remise symbolique des médailles à 2 éminents chercheurs maliens. C’était dans le contexte des distinctions honorifiques à des personnalités du CORAF/WECARD, lors de son 20 anniversaire, célébré en Côte d’Ivoire.

Créée en 1987 en Côte d’Ivoire comme une organisation de l’espace francophone, la Conférence des Responsables de Recherche Agricole d’Afrique et de France (CORA), qui ne regroupait à l’origine que les institutions de recherche agricole de pays francophones, s’est profondément transformée pour devenir, en 1999, le Conseil Ouest et Centre africain pour la Recherche et le Développement Agricole (CORAF/WECARD), une organisation de recherche sous-régionale qui regroupe aujourd’hui 21 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

A l’occasion de son 20e anniversaire, célébré du 28 au 31 mai 2007 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le CORAF/WECARD et les autorités ivoiriennes ont convenu d’attribuer des distinctions honorifiques à des personnalités qui auront contribué, dune manière significative, au développement de la coopération dans la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest et du centre.

C’est dans ce cadre que M. Mamadou Fatogoma Traoré et le Dr Adama Traoré, chercheurs maliens et anciens présidents dudit regroupement, ont fait partie des 9 médaillés sur lesquels les choix ont porté.

Le premier, aujourd’hui à la retraite, a été deuxième président de la CAREF, de 1988 à 1989. Au Mali, il est un des artisans de la pleine responsabilisation des cadres nationaux de notre recherche agricole.

Le second assurera, pour sa part, la présidence du CARAF de 1999 à 2000, au moment même de sa métamorphose en conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricole. Il demeure à présent un artisan acharné de la construction de notre système national de recherche agricole.

M. le ministre Seydou Traoré a tout d’abord tenu à remercier la présence effective des collègues et invités, qui dénote de l importance et de la priorité qu’ils attachent au développement de notre recherche agricole.

Convaincu que nous ne pourrons faire de l’agriculture, l’échine dorsale de notre économie que lorsque nous aurons pleinement réussi sa modernisation, le ministre de l’Agriculture dira que pour ce faire, la contribution de notre recherche agricole est indispensable.

Bakoroba COULIBALY

04 septembre 2007.