Partager

rue-2.jpg


L’engagement pris par le gouvernement pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement et réduire la pauvreté nécessite une connaissance précise de la taille de la population, de sa structure, de ses mouvements et de sa répartition spatiale.

C’est pour réunir ces informations que le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce à travers la direction nationale de la statistique et de l’informatique en partenariat avec le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA) a lancé les activités préparatoires de la cartographie du 4è recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) qui sera réalisé en avril 2009.

La cérémonie de lancement a eu lieu vendredi dans les locaux de la DNSI. Elle a regroupé autour de Mme Bâ Fatoumata Nènè Sy, alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce, le directeur national de la DNSI, Seydou Moussa Traoré, le secrétaire général du ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Mamadou Seydou Traoré, le représentant de l’UNFPA dans notre pays, Mamadou Diallo.

Ce 4è recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), a expliqué Mme Bâ Fatoumata Nènè Sy, constitue la source de données statistiques la plus importante et la plus complète. Il fournira des informations détaillées et fiables sur la situation démographique et socioéconomique de notre pays.

Le recensement permettra aussi de rassembler des données sur l’évolution et les caractéristiques de la population et surtout d’actualiser les statistiques sur les infrastructures socioéconomiques, l’éducation, la santé, l’emploi et l’habitat.

La ministre a insisté sur l’importance de la production de cartes et monographies communales. A l’ère de la décentralisation et de la régionalisation, cette tâche est indispensable pour l’évaluation des politiques et programmes mis en oeuvre au cours de la dernière décennie.

La cartographie du territoire national fournira de surcroît les éléments nécessaires à la constitution d’une base de sondage de qualité indispensable à la conduite des enquêtes futures.

Sont aussi prévus dans le cadre de cette cartographie, le développement du système d’information géographique, l’élaboration de cartes thématiques jusqu’aux niveaux géographique les plus fins.

Ces cartes constitueront de précieux outils dans le suivi des programmes et politiques de développement tels que le Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement.

Le représentant du UNFPA, Mamadou Diallo a jugé unique et fructueuse la coopération entre notre pays et son organisme. Le RGPH constitue, a-t-il confirmé, une source idéale de données fiables et actualisées sur la population dont l’utilisation permet d’évaluer correctement les besoins et d’élaborer des politiques et programmes visant à réduire la pauvreté.

Mamadou Diallo a remis un premier lot de 120 millions de fcfa de matériel et d’équipements -4 tout-terrain, 24 motos et 30 GPS- destinés au recensement.

Le ministre et le représentant de l’UNFPA ont, en marge de la cérémonie, signé une convention de financement du RGPH et d’appui à la mise en oeuvre de politique de population (PNP) pour un montant cumulé d’un peu plus de 400 millions de Fcfa.

Cette enveloppe porte la contribution du UNFPA en faveur de notre pays pour l’année 2008 à 1,18 million de dollars soit environ 495 millions de Fcfa.

Mme Bâ Fatoumata Nènè Sy a remercié l’UNFPA en espérant l’accompagnement de l’ensemble des partenaires au développement pour la réalisation de ce 4è recensement qui devrait coûter au total à peu près à 5,6 milliards de Fcfa dont une grande part reste à mobiliser.

Mariam A. TRAORÉ

L’Essor du 09 avril 2008.