Partager

Le ministre Kafougouna Koné a lancé hier l’opération test à Darsalam


Le test qui a eu lieu dans ce quartier populaire de la commune III du District de Bamako est simultanément fait dans le cercle de Bougouni, en 3ème région notamment dans les villages de Sido (commune de Sido) et celui de Tienfala (commune de Koumantou) ainsi que dans la région de Tombouctou. Il s’agit des fractions nomades d’Ag Abagan II (commune d’Alafia) et de Kouloutane I dans la commune de Lafia.

Cette opération test qui durera jusqu’au 2 décembre dans les zones concernées consiste à enregistrer toutes les données sur une personne recensée : nom, prénom, date et lieu de naissance, les empreintes digitales, une photo prise sur place par un ordinateur doté d’un appareil photo. Le tout sera identifiable à partir d’un numéro d’identification. Pour ceux qui ne disposent pas d’acte de naissance, le témoignage de deux personnes est vivement souhaitable.

Les véritables opérations de terrain du recensement administratif à vocation d’Etat civil (RAVEC) vont démarrer le 15 janvier 2009 avec l’enrôlement des citoyens.

Les difficultés enregistrées dans l’opération test auront été réglées. Ainsi, tout le territoire national, subdivisé en trois zones de recensement sera touché par le RAVEC.

Les régions de Kayes et Koulikoro (zone n°1) débuteront le 15 janvier 2009 pour s’achever le 21 mars de la même année. Les régions de Ségou et Sikasso (zone n°2) commenceront l’opération du 10 avril au 30 juin 2009.

Les régions de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal (zone n°3) se familiariseront avec le RAVEC du 18 juillet au 10 septembre de l’année prochaine. Dans la capitale, les opérations de recensement commenceront du 15 janvier au 10 septembre 2009. Pour les Maliens de l’extérieur, le début des opérations d’enrôlement est prévu le 1er février prochain dans l’ensemble des missions diplomatiques et consulaires et prendra fin le 10 septembre 2009.

Rappelons que le RAVEC est une opération dont le but principal est de recenser tous les citoyens maliens y compris ceux qui n’ont pas de pièces d’état civil, en recueillant leurs données biométriques (photo et empreintes digitales) pour constituer un fichier central ouvert à diverses applications, avec attribution d’un identifiant unique.

Parallèlement à cette opération, l’état civil sera modernisé dans sa globalité dans la mesure où un système de collecte efficace de tous les faits d’état civil sera mis en place, au niveau des villages, fractions et quartiers des centres urbains.


Chahana TAKIOU

19 Novembre 2008