Partager


Pascal Terrasse, député PS de l’Ardèche apporte de l’eau au moulin de ceux qui pensent que la France appuie la rébellion touarègue. Dans une déclaration sur Internet, il se dit favorable à une « demande d’autonomie et d’indépendance des Touaregs » du reste jamais formulée. Depuis les Etats-Unis, Pr. Dialla Konaté réplique au député.

« Monsieur le député,

Il me vient de vous écrire après avoir visualisé sur Internet à une intervention publique de vous devant un mur tapis de ce qui est identifié par les connaisseurs comme le drapeau des mouvements armés touaregs agissant au Mali et au Niger. Dans cette déclaration, sans précaution oratoire, vous apportez votre soutien aux « demandes d’autonomie et d’indépendance des Touaregs ».

Je constate que votre déclaration va bien au-delà des revendications jusque-là connues et reconnues par les mouvements armés irréguliers au Mali et au Niger.

En mon nom propre et n’étant représentant ni du gouvernement du Mali ni de celui du Niger, il me vient ici de protester contre cette attitude par laquelle vous aggravez une situation déjà suffisamment dramatique de par le sang versé et les souffrances infligées à nos populations touarègues et non touarègues.

Monsieur le député, ma déception est bien grande de voir un homme représentant les mêmes populations dont Jean Jaurès fut le porte-voix et qui pour elles, pour les nations du monde, a soutenu les mineurs de Carmaux, a créé l’Humanité et est mort des mains du fanatisme, de l’intolérance et de la violence stupide.

Dans l’impressionnante liste des apports que les populations que vous représentez ont fait à l’Histoire de l’humanité, je voudrais retenir la défense acharnée de valeurs universelles de la République et de la démocratie.

Je n’ai point de doute qu’en sollicitant les suffrages de vos compatriotes sur la liste du Parti socialiste français, vous vous êtes référé au socialisme démocratique, le socialisme de Jean Jaurès, le socialisme de Pierre Mendes-France, le socialisme de Gaston Deferre dont les fondements reposent sur l’unité des peuples, la justice au sein des nations et entre elles, la démocratie en tant que mode de gouvernement, la défense de la paix comme base des relations intercommunautaires.

Mais ici votre déclaration se situe en filiation du socialisme certes républicain mais non universel et colonialiste de Guy Mollet. C’est ce socialisme qui a conduit des enfants de France à tuer et à se faire tuer en Indochine et en Algérie.

« Je suis le frère du Touareg »

Monsieur le député, j’apprécie l’intérêt que vous portez à la souffrance en Afrique. Oui, vous avez raison, les populations touarègues souffrent. Mais ne voir que la souffrance des populations touarègues affaiblit et dénigre votre discours.

Cette souffrance qu’elle soit infligée par l’adversité de la nature, qu’elle soit infligée par l’oppression des gouvernements africains, qu’elle soit infligée par les règles déséquilibrées de la globalisation entretenues et amplifiées par les gouvernements de pays développés, frappe les populations touarègues mais frappe de la même façon les populations haoussa, les populations toubou, les populations sonrhaï, les populations peuls, les populations bororo, les populations bambaras, etc.

Monsieur le député, au lieu de diviser nos populations et de leur tendre la torche pour brûler nos cases et nos tentes, rassemblez donc les démocrates et républicains de votre région, de la France, de l’Europe et unissez-vous à nous démocrates, républicains et patriotes africains du Mali et du Niger qui pensons qu’il est de notre devoir historique de bâtir la nation nigérienne, la nation malienne.

Ensuite, avec tous les enfants de nos pays et ensemble, nous dépasserons les frontières actuelles tracées par le colonisateur pour accéder à une Afrique démocratique unie. Ainsi nous serons sur un vertueux chemin parallèle à celui qui a conduit les peuples d’une Europe des atrocités ethniques à une Europe apaisée.

D’une Europe meurtrie par des guerres effroyables à une Europe où les peuples vivent en paix, en harmonie et sans frontières entre eux. Les mouvements qui ont voulu construire une Europe fragmentée sur la base d’entités aryennes, wisigoths, ostrogoths, vikings, cathares, occitanes, bretonnes, basques, etc. ont été un sanglant échec.

Comment voulez-vous indiquer ce chemin à nos pays ? Vous suivre ? Non ! Autrement, la conséquence sera plus de sang versé, plus de souffrance y compris pour les populations touarègues dont vous vous déclarez un partisan. Monsieur le député, j’ai un confortable privilège à parler au nom d’un Touareg : je suis son frère ».


Blackburg le 10 mai 2008

Dialla Konaté

(enseignant)

Les Echos du 20 Mai 2008