Partager

fida.jpgLundi, en prélude à la table ronde nationale d’évaluation du programme d’activités du Fonds international de développement agricole (Fida) qui s’ouvre aujourd’hui mercredi à l’hôtel de l’Amitié, membres du conseil d’administration et du comité de pilotage ont en début de semaine, effectué une visite de terrain dans la Région de Tombouctou.

Le ministre de l’Agriculture, Seydou Traoré, à la tête d’une forte délégation a visité le cercle de Niafunké, précisément les villages de Tiangara, Mandiébougou, Koboro, Tonka et Bancani, pour évaluer les réalisations faites par l’institution onusienne, dans cette partie du pays.

Le ministre et sa délégation ont été chaudement accueillis par les populations de Niafunké. La délégation a traversé le fleuve Niger à bord d’un bac automoteur que le Fida, à travers le Projet de développement dans la zone lacustre (PDZL II), a financé à hauteur de 296 millions de Fcfa.
Le bac est destiné au transport des véhicules et des passagers pour la traversée du fleuve.

Pour arriver à Tiangara situé à 5 km de Niafunké, il faut emprunter une piste rurale allant de Niafunké à Abéré en passant par Gaye. Cette piste rurale de 29 km, réalisée dans le cadre du PDZL II, a coûté plus de 2 milliards de Fcfa. La piste traverse 6 villages, où écoles, pompes à motricité humaine et un centre de santé communautaire ont été également réalisés p ar le Fida.

Dans le village de Tiangara, une école communautaire de 6 classes a été construite par le FIDA.
Ici, a eu lieu avec le comité de gestion de l’école un bref entretien, au cours duquel, les populations ont émis aux partenaires financiers de nouvelles doléances.

Le long de la même piste, se trouve le village de Mandiébougou où un périmètre irrigué de 45 ha a été réalisé par le Fida.

Dans les champs, le rendement à l’hectare atteint 6 tonnes.

Sur le chemin du retour, la délégation s’est arrêtée à la radio « Issa Ber » de Niafunké, une réalisation du Fida d’un montant de 32 millions de Fcfa. En effet, la construction des locaux, l’achat et l’installation de l’équipement, ainsi que la formation des techniciens ont été faits par le Fida.
La station emploie une dizaine de personnes à temps plein et parvient aujourd’hui à assurer elle-même son fonctionnement.

Émettant dans un rayon de 100 km, la radio communautaire informe et sensibilise la population locale, dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, la pêche, la santé et l’artisanat.

A Bancani, un village de la Commune rurale de Tonka, un forage a été réalisé grâce à un financement de 5 millions de Fcfa du Fida.

Profond de 60 m et avec un débit de 1,7 m3/h, le forage a permis à la population d’avoir accès pour la première fois à l’eau potable.

Guindigata Horo, un autre village de la Commune de Tonka, a grâce à un financement de 14 millions de Fcfa du PDZL II, pu bénéficier d’un puits à grand diamètre, permettant ainsi aux habitants d’avoir de l’eau potable, et aux femmes de ne plus faire la corvée d’eau.

La mare de Kobori s’étend sur 4000 ha dont 3600 sont inondables. Grâce à un financement du Fida de 681 millions de Fcfa, elle a été aménagée, permettant ainsi aux paysans de cultiver du niébé, du gombo, de la patate, de l’arachide et surtout du mil.

A Tonka, a été construit un centre de santé communautaire financé à hauteur de 42 millions de Fcfa par le PDZL. L’équipement du CSCOM a nécessité un financement de 9 millions de Fcfa.

A la fin de la visite, Kevin Cleaver, adjoint au chef du département de gestion des programmes du Fida, s’est dit très impressionné par l’engagement des populations bénéficiaires dans la prise en charge de leur destin.
PDZL II
Le Projet de développement dans la zone lacustre, phase II a été initié par le gouvernement avec l’appui du Fida à hauteur de 7,3 milliards Fcfa, du Fonds de survie de la coopération belge à hauteur de 1,3 milliard Fcfa, de la Banque ouest africaine de développement à hauteur de 2 milliards Fcfa, de l’État malien à hauteur d’un milliard et demi, et des bénéficiaires à hauteur de 589 millions.

07 mars 2007.