Partager

Pour son refus de partager entre les ministres les 10% des 3 milliards d’euro promis au Mali, Dioncouda chasse Tiéna du ministère de l’Économie

A quelques encablures de la tenue de l’élection présidentielle, Dioncounda Traoré, le président imposé de la CEDEAO, réajuste le gouvernement II de Diango Cissoko pour des fins électorales. Il profite aux ministres des partis politiques qui ont été bombardés à des départements stratégiques pour venir en aider à leurs candidats. Quand on sait aujourd’hui, l’argent est le nerf des élections.

Le gouvernement, dont la crédibilité est entamée par des scandales financiers, parviendra difficilement à ratisser large auprès d’un électorat qui n’a plus confiance à la classe politique. Ainsi, Abel Kader Konaré est nommé ministre des Finances, Mamadou Namory Traoré, ministre de l’Economie et de l’Action humanitaire, Me Demba Traoré, ministre du Travail, de la Fonction et des Relations avec les institutions, Marimpa Samoura, ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, Tiéna Coulibaly, ministre du Commerce et de l’Industrie.

De sources concordantes, le courant ne passait plus entre le ministre sortant de l’Economie, des Finances et du Budget et le Premier ministre. Aussi, Tiéna refuserait-il de financer les activités ostentatoires de l’épouse du président Traoré. Mais la raison principale serait le refus de Tiéna Coulibaly de partager entre les ministres du gouvernement les 10% des 3 millards d’euro que les amis du Mali ont promis pour la reconstruction de notre pays.

Cette position patriotique de l’ancien ministre de l’Économie, des Finances et du Budget avait créé des tensions au sommet de l’État depuis des semaines. Finalement, les prédateurs du gouvernement ont eu raison de lui. C’est ce qui explique la sicsion dudit ministère en deux : le ministère des Finances et celui de l’Économie et de l’Action humanitaire.

Me Demba Traoré à la Fonction publique pour gérer les casseroles de Me Abdoul Wahab Berthé, ancien ministre de la Fonction publique. Les deux sont tous membres du bureau politique de l’URD. C’est aussi pour faire de ce département un fief électoral pour leur candidat, Soumaïla Cissé, en miroitant des emplois aux jeunes diplômés.

La Rédaction

25 Juin 2013