Partager

Mamadou Fané, enseignant : Bon vent à la nouvelle équipe

Je crois qu’il faut se donner le temps de les voir à l’œuvre avant de les apprécier. Mais, en attendant, nous ne pouvons que souhaiter bon vent à la nouvelle équipe. C’est un gouvernement d’union nationale comme cela a été demandé par certains acteurs politiques, la médiation de la CEDEAO et l’Accord cadre du 6 avril 2012, signé entre la médiation de la CEDEAO et la junte. Il serait trop tôt de faire déjà un jugement maintenant. J’appelle les compatriotes au calme et à la retenue pour qu’on puisse sortir de cette situation qui n’a que trop duré.

Bourama Traoré, ouvrier : Je me réjouis surtout de la nomination de Me Demba Traoré

On a perdu beaucoup de temps face à situation que nous vivons. Les responsables politiques doivent comprendre qu’ils ne sont rien sans la population. Qu’ils comprennent que rien ne doit être comme avant. On doit éviter les querelles partisanes et mettre l’intérêt supérieur du pays en avant. Comme on le dit, il faut désormais l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Sinon, on n’ira nulle part. Il y a des gens qui veulent qu’ils soient, coûte que coûte, ministres. Mais les uns et les autres doivent comprendre que tout le monde ne peut pas être dans le gouvernement. Il n’y a pas mal de gens crédibles dans cette équipe. Surtout des jeunes. Je me réjouis surtout de la nomination de Me Demba Traoré.

Sory Bérété, diplômé sans emploi : C’est déjà un premier pas vers la libération du Nord

Je crois que cette nouvelle équipe est la bienvenue, d’autant plus qu’elle répond aux aspirations des différentes couches sociales. Nous avons déjà franchis la barrière. C’est déjà un premier pas vers la libération des régions Nord du pays. Les Maliens doivent se donner maintenant la main, éviter les querelles politiques et autres coups bas pour faire face à ce qui est primordiale, à savoir la reconquête du Nord de notre pays puis l’organisation d’élections libres et transparentes.

Je demande à la classe politique de se ressaisir, de se donner la main et de prouver qu’elle est capable de mettre, au dessus de tout calcul, l’intérêt supérieur de la nation. Parce qu’il faut le reconnaitre, ces derniers temps, beaucoup de choses ont été dites sur cette classe politique. Donc elle doit faire preuve de retenue pour ne pas donner raison à ses détracteurs.

Alassane Ouattara, enseignant : Plus de temps à perdre

Sur le papier, c’est une bonne équipe. Mais ce qui est sûre, elle sera jugée à la tâche. Nous n’avons plus de temps à perdre. La nouvelle équipe doit rapidement se mettre au travail pour faire face à ses missions. Nous espérons qu’elle va être une équipe qui prendra en compte les aspirations du peuple. Parce ce que toutes ces querelles, ces mesquineries, c’est le bas peuple qui en souffre.

La classe politique doit comprendre que les temps ont changé et que rien ne devra plus être encore comme avant. Je demande à la classe politique, aux forces de défenses et de sécurités de se tourner vers l’essentiel qu’est a reconquête de nos terres occupées par des bandits armés. Quand le pays est occupé, quand la patrie est en danger, je ne pense pas que ce soit le moment de se livrer à des querelles de places.

Drissa Ballo, géographe : Je suis pessimiste, c’est un gouvernement de grain et de famille

C’est triste de le dire, mais je suis convaincu que cette équipe ne nous amènera nulle part. Cheick Modibo Diarra considère les Maliens comme des «cons». On a demandé un gouvernement d’union nationale. Vous pensez honnêtement que tel est le cas avec cette équipe? Vous vous trompez. C’est un gouvernement de grain et de famille. A la chute d’ATT, les gens ont applaudi parce ce qu’on venait d’en finir avec la gestion familiale faite du Mali depuis 10 ans.

Malheureusement, le gouvernement II de Cheick Modibo Diarra ne fait pas exception à cette pratique. Je pense que nous sommes dans l’euphorie de la nomination du gouvernement. Quand les gens vont voir les têtes, dans les jours à venir, ils se rendront compte de l’évidence. Je suis pessimiste quant à la capacité de cette équipe de rassembler les Maliens et d’accomplir les deux missions essentielles que sont la libération du nord et l’organisation des élections.

Papa Touré, Professeur en retraite :La priorité, c’est la conquête du Nord

Comme on est en période de crise, le nouveau gouvernement semble être un gouvernement d’apaisement. La priorité des priorités c’est la reconquête et l’assainissement du Nord. Nos parents restés au nord sont meurtris par les actes posés par les islamistes. Il faut qu’ils retrouvent leur dignité et leur liberté.

Le Mali a toujours été un pays laïc et on ne peut pas venir imposer la charia par la force à un pays laïc. Au Mali, chrétiens, musulmans et animistes ont toujours vécu ensemble et personne ne pourra venir mettre fin à cela. Le gouvernement actuel doit s’atteler à ses deux principales missions : libérer le nord et organiser des élections crédibles pour qu’on ait enfin un président qui aime le Mali et les Maliens.

Abdoulaye Sylla, surveillant général du Centre industriel et commercial de Niamakoro/cité unicef : Deux principales missions : libérer le Nord et organiser les élections

Je pense que le gouvernement qui vient d’être mis en place a deux principales missions : libérer le Nord et organiser les élections. On a parlé d’un gouvernement d’union nationale, je pense qu’on ne peut pas satisfaire tout le monde, car toutes les sensibilités y sont représentées. Il faut donner du temps à ce gouvernement pour qu’il puisse travailler. Laissons de côté les critiques, enterrons la hache de guerre pour faire un bloc solide autour du nouveau gouvernement. Cela y va de l’intérêt de tout le monde.

Diabaté Moussa, commerçant à Niamakoro : Toutes les sensibilités politiques y sont représentées.

Le nouveau gouvernement me convient parfaitement. Avec lui, je crois qu’on pourra avancer. La première mission qui intéresse tous les Maliens aujourd’hui, c’est la libération du Nord. Ensuite, le gouvernement devra organiser l’élection présidentielle. Ma grande satisfaction est que toutes les sensibilités politiques y sont représentées.

Drissa Sangaré, commerçant détaillant : D’accord avec l’entrée du Haut conseil islamique au gouvernement

Je suis très content du nouveau gouvernement. Car les politiciens n’appréciaient pas du tout le gouvernement mis en place par Cheick Modibo Diarra. Maintenant que ces derniers sont entrés dans le gouvernement actuel, il faut qu’ils règlent cet épineux problème du Nord. Mais ce qui me plaît beaucoup, c’est l’entrée du Haut conseil islamique au gouvernement. Car il faut donner beaucoup de poids à la médiation d’Amadoun Dicko. Et c’est justement là que le Haut conseil islamique a toute sa place.

Bakary Sogoba, administrateur Catholic relief service: L’heure est au sauvetage du Mali

C’est un gouvernement consensuel qui vient d’être mis en place. Je suis tout à fait d’accord avec le gouvernement actuel, le PM et son équipe. La priorité en toute sincérité et le patriotisme doit amener tous les Maliens à faire face à la situation qui prévaut au Nord au lieu de s’éterniser dans des querelles politiciennes stériles.

Le Mali avant les luttes politiques, le pays au-delà des intérêts personnels. Je trouve que les politiciens doivent désormais mettre l’intérêt de la nation au-dessus des intérêts personnels. Je n’ai jamais apprécié les attaques du FDR contre le PM. Aujourd’hui, l’heure est au sauvetage du Mali. Je sais que ce ne sera pas facile de bouter les islamistes hors du pays. Mais avec la volonté de tous et grâce aux relations extérieures, le Mali va s’en sortir.


Propos recueillis par Pierre Fo’o Medjo et Yaya Samaké

Le 22 Septembre du 23 Août 2012