Partager


Je suis un citoyen outré à la lecture d’un livre pour lequel je n’ai pas l’intention d’apporter un droit de réponse, mais qui n’impose un devoir de réaction citoyenne.


Je voudrais être très clair dès le départ : je n’ai pas voté pour Amadou Toumani Touré lors des élections présidentielles de juin 2002, je n’appartiens à aucun mouvement de soutien au Président de la République, je ne suis adhérent à aucun parti politique malien et je ne suis pas «de caste» pour autant que cette expression à connotation avilissante sous la plume de «Le Sphinx» ait une signification.

Je suis un citoyen malien outré à la lecture d’un livre pour lequel je n’ai pas l’intention d’apporter un droit de réponse, mais qui m’impose un devoir de réaction citoyenne.

Sur la forme ce livre est, disons le franchement, mal écrit et porte sur une somme étonnante d’informations qui, parce qu’elles ont été rapportées sur le ton de la rumeur, du ragot et de l’expression subjective et haineuse ; sans preuves ni sources exprimées, perdent toute valeur d’informations pour n’être que calomnie. Et tout cela sur quel ton à l’adresse d’un Président de la République en fonction, pour quelqu’un qui s’offusque du non respect par ce dernier des Institutions de la République !

Le respect des institutions d’un pays passe aussi par celui des personnes qui les incarnent, lorsqu’elles sont en fonction tout au moins.

Mon intention n’est pas d’apporter un démenti, ni même une réponse, à ces informations. Il me semble que le « clan ATT » saura le faire car il en est de sa responsabilité, et pour autant qu’il juge qu’il en vaille la peine.

Mon outrage porte sur deux points précis de ce pamphlet : l’un au début et l’autre à la fin de l’ouvrage.


Page 13: «I. L’homme : ATT»

«Issu d’une famille de caste, le Général ATT a connu une enfance difficile. Cette origine sociale est d’une importance capitale dans une société comme le Mali qui est fortement ancré (sic) dans la tradition. En effet, beaucoup de sages au Mali pensent, eu égard à son rang social, que quelle que soit la volonté d’ATT, il ne pourra jamais faire avancer ce pays. De leur avis, les actes posés par un homme de caste sont toujours voués à l’échec : façonné par cette origine sociale qui crée chez lui un complexe d’infériorité qui explique son parcours et l’échec de sa gestion du pouvoir!».

Comment peut on, dans un pays comme le nôtre dont la tradition la vraie, la positive est justement faite de cohésion sociale, de respect des différences ethniques, religieuses, régionales et d’origines sociales ; et dont la stabilité dépend de l’équilibre fragile entre eux, prétendre qu’une partie importante de notre société est vouée à l’incapacité intrinsèque en raison de son appartenance à une «caste»?

C’est donner raison aux racistes de bas vol qui prétendent à l’infériorité intellectuelle innée des noirs. C’est approuver les fascistes qui ont exterminé les juifs pour ce qu’ils sont.

C’est féliciter et remercier les esclavagistes, puis les colonialistes qui ont vendu, asservi et humilié nos ancêtres parce qu’ils étaient noirs et intrinsèquement non civilisés, sauvages, incultes et donc inférieurs…

Comment peut on, dans un contexte africain, voire mondial, où les difficultés de cohabitation ethnique (régionale ou religieuse) ont été à l’origine de génocides, de guerres et de tueries, écrire (donc encourager) et faire accepter ce type d’assertion, sous le prétexte que ce serait notre «tradition» et la parole de «beaucoup de sages au Mali».

J’aimerais bien avoir le nom de l’un de ces «beaucoup de sages», ne serait ce que pour vérifier en quoi ils le sont ! Je rappelle que le génocide rwandais pour ne citer que lui, est parti de ce type de conception des choses où une ethnie est considérée par une autre comme inférieure.

Comment peut on être crédible et responsable lorsqu’on part du principe, qui n’est fondé sur rien de scientifique, de culturel ou de traditionnel et, de plus, dénoué de tout bon sens, prétendre qu’une partie importante des fils et filles de notre pays ne sont voués qu’à la médiocrité et à la bassesse de leurs actions, sous prétexte qu’ils sont «de caste» ?

Autant nous le dire tout de suite : pourquoi ne pas épargner à notre pays une perte inutile de temps et d’argent en invitant tous les garçons et filles issus de familles «de caste» à s’abstenir d’aller à l’école ou d’apprendre un métier, ainsi qu’aux hommes et femmes «de caste» à ne pas alourdir le nombre de candidats à la recherche d’un emploi dans les entreprises publiques et privées ou à prétendre à des nominations dans la fonction publique car leurs actions, de toutes façons, seront «vouées à l’échec».

On pourrait même régler le problème crucial du chômage au Mali en renvoyant tous ceux «de caste» qui occupent inutilement un emploi ou des responsabilités pour les donner à ceux biens nés dont les actions seront couronnées de succès car eux ne sont pas «de caste»!
Ce seul paragraphe aurait dû me décourager dans la poursuite de la lecture de ce torchon de calomnies.

Mais porté par la colère et un tantinet insouciant je poursuis la lecture de la litanie d’informations subjectives, qui ne cite aucune source crédible, qui se base sur la rumeur, le ragot et le procès d’intention pour tomber, en fin d’ouvrage et en conclusion, sur l’intention réelle de Monsieur ou Madame «Le Sphinx»: encourager l’insurrection et la mise de notre pays à feu et à sang.


Page 138 à 143

«Conclusion»

«Il est aujourd’hui loisible d’affirmer que les éléments d’une nouvelle révolution de la rue sont en train de se mettre en place [ … ]

Suite à la déception créée par les leaders politiques, nous invitons la jeunesse malienne à jeter les bases du renouvellement de la classe politique Nous invitons les militaires [ … ] les policiers, gendarmes, douaniers, enseignants, opérateurs économiques privés, les exclus, les frustrés à se mobiliser pour l’avènement d’un autre Mali [ … ]

C’est compte tenu de toutes ces dérives totalitaires et du manque d’autorité de l’Etat, que nous vous prions [ … ] de ne pas briguer un second mandat en 2007 en évitant à notre pays une autre révolution sanglante [ … ]
»

Cette conclusion n’est rien moins qu’un appel à l’insurrection, à la désobéissance civile et pire, militaire, donc au chaos dans notre pays ; reconnu partout pour sa stabilité politique et sociale et qui en fait aujourd’hui un havre de paix dans un environnement régional pour le moins incertain, violent et instable.

Monsieur ou Madame «Le Sphinx», on ne fait pas la révolution tous les jours. Les Maliens sont, dans leur immense majorité, à l’exception d’individus comme «Le Sphinx» qui confirment cette règle, des citoyens responsables, animés d’un minimum de volonté de paix et de vie commune, dans la dignité et la cohésion. Lorsqu’on se sent la mission de faire réagir son peuple, on devrait avoir un minimum de responsabilité et d’intelligence.

Il est vrai que tout n’est pas parfait dans notre pays, loin s’en faut. En existe t il un où c’est le cas ?

Il est vrai que beaucoup de choses restent encore à faire et à mieux faire pour sortir le Mali de la spirale de la pauvreté, mais il faut parfois savoir raison garder et donner à nos concitoyens des informations responsables, vérifiables, documentées et prouvées, des messages d’espoir, de responsabilité et la volonté de progresser ensemble, dans la paix et la concorde.

Hamou HAIDARA

26 octobre 2006.