Partager

Depuis que l’arrêt de la Cour Constitutionnelle me concernant est tombé, mon téléphone s’est mis à sonner toute la nuit et a fonctionné ensuite 24 heures sur 24 heures. Depuis lors, mon domicile ne désemplit plus. Une vraie marée humaine ! Cette vague de sympathie, de compassion et de vœux d’encouragement m’est allée tout droit au cœur. C’est la preuve que, malgré tout, je n’ai pas que des ennemis et que je ne suis pas un orphelin dans mon infortune, dans le revers du destin que je viens de subir.

Je présente à tous ceux et à toutes celles qui m’ont exprimé leur sympathie et apporté leur soutien moral qu’ils soient de l’intérieur ou de l’extérieur mes sincères remerciements. Ils m’ont conforté dans le sentiment qui a été toujours le mien: me battre tant que je vis. Loin d’être découragé, je me sens plus que jamais galvanisé, ragaillardi. Il ne peut d’ailleurs en être autrement, ma foi en Allah et à sa toute puissante mansuétude me l’interdit. Je remercie la presse écrite et parlée pour ses nombreux et réconfortants coups de téléphone. Je remercie également le monde des Affaires : Industriels, Commerçants import export et Détaillants pour m’avoir généreusement exprimé leur sympathie.

Mes remerciements vont particulièrement aux populations de Nioro du Sahel que j’avais choisi de servir avec enthousiasme et fierté. Je n’oublie pas les militants et les chefs de villages de Nioro et toutes les notabilités qui m’ont téléphoné pour me témoigner leur solidarité et leur attachement à ma personne. A ceux et à celles qui sont allés jusqu’à dire qu’ils ne voteront pas le 1er juillet prochain sans ma liste, je conseille le calme et le refoulement de leur ressentiment.

En choisissant d’être leur porte parole à l’Assemblée Nationale, je n’avais d’autre ambition que d’être le serviteur des sans voix et des laissés pour comptes. Je n’ai pas compris autrement mon mandat de Député. Je reste confiant en avenir. Cheickna Hamalla BATHILY et son destin sont entre les seules mains d’Allah. Que ceux qui ont déjà fêté leur victoire en sablant le champagne se détrompe. Ce n’est là que la phase initiale d’une longue partie. La lutte est simplement déclenchée.

Aux militantes et militants de Nioro, à tous mes sympathisants et amis de Nioro, je demande de continuer à garder leur sang-froid. Je serai inch’Allah parmi vous à Nioro d’ici à la fin de la semaine.

Je tiens à ce qu’on sache que j’ai constitué un collectif d’Avocats. Ce collectif va très prochainement prendre contact avec les « sages » de la Cour Constitutionnelle pour solliciter la transmission des pièces de naissance dites falsifiées, des pièces à conviction e t non de simples numéros.

Mon honneur est en jeu, il me faut le défendre quoi qu’il m’en coûte.

Affaire à suivre…

05 juin 2007.