Partager

Le Mali, comme la plupart des pays de la sous-région, est confronté à une crise alimentaire cette année. Cela s’explique par l’invasion acridienne et la mauvaise pluviométrie de l’année dernière, dans toute une zone passant par le Mali, le Burkina Faso, le Niger.

Mais au Mali, la mise en place du Commissariat à la Sécurité Alimentaire a permis aux autorités de porter secours aux populations.

Aussitôt après les récoltes, les ravitaillements en denrées alimentaires ont commencé dans les zones les plus touchées surtout dans la partie nord du pays. Cet élan du gouvernement continue encore de nos jours.

Avec le coût élevé des céréales, le gouvernement a décidé d’exonérer l’importation des céréales. Outre, Kayes, les régions de Gao, Tombouctou, Kidal et une partie de la région de Koulikoro ne sont pas touchées par cette pénurie.

Cette mauvaise pluviométrie plus l’invasion acridienne ont occasionné un déficit céréalier de 347.000 tonnes environ.

Depuis fin 2004, le gouvernement a procédé à des distributions alimentaires gratuites de dizaines de milliers de tonnes de céréales à travers le pays. Des banques de céréales ont été aussi créées.

Cela a permis aux populations d’acheter les céréales à bas prix.
Certaines grandes sociétés se sont investies et aujourd’hui les coûts sont abordables dans certaines localités, notamment en première région; contrairement à des informations publiées çà et là.

A Kayes, c’est la Société Madala Kouma Frères et Fils qui assure le ravitaillement. 3211 tonnes de riz en stock existent à Kayes.

64.200 sacs sont disponibles à la date d’aujourd’hui à des prix abordables, 267 tonnes de riz indien sont stockées dans les magasins. Il y a 1000 tonnes de riz en partance pour Kayes.

Mamadi TOUNKARA

13 août 2005