Partager

Dans son second rapport trimestriel sur la situation au Mali, le secrétaire général des Nations-Unies déplore l’aggravation de la crise humanitaire, malgré de nombreux efforts constatés.

« La crise persistante en matière de sécurité a abouti à une augmentation du nombre de personnes déplacées » au Mali. Entre avril et juin 2021, le nombre de personnes déplacées est passé de 332 000 à 346 864, dont 56 % constituent des femmes ou des filles et 61 % des enfants, selon le dernier rapport trimestriel du secrétaire général des Nations unies sur la situation au Mali.

« Une grave insécurité »

Cette augmentation du nombre de déplacés a entraîné également une aggravation de la situation humanitaire. Durant la période en revue, 5,9 millions de personnes avaient besoin d’une aide humanitaire. Toutes ces situations ne sont que le corollaire de « la propagation du conflit dans des parties du sud du Mali et les attaques contre les civils ».

Pourtant, précise Antonio Guterres dans son rapport, au 14 avril, « seuls 14,3 % du montant de 563 millions de dollars demandés dans le cadre du plan de réponse humanitaire avaient été reçus ». Une situation qui ne permet pas une véritable prise en charge des personnes dans le besoin.

En plus des déplacements massifs des populations, sur le plan humanitaire, l’insécurité alimentaire et la malnutrition restent des préoccupations. Selon le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, en 2021, « 1 307 073 personnes devraient être exposées à l’insécurité alimentaire ». Un chiffre qui marque une hausse de 36 % par rapport à celui enregistré en novembre 2020. Dans la région de Mopti, au centre du Mali, près de 30 % de la population est confrontée à « une grave insécurité », notamment à Bankass et à Bandiagara, a-t-il indiqué.

Programme de renforcement des capacités

Ces crises s’expliquent par la situation sécuritaire, les effets du changement climatique ainsi que la pandémie de la Covid-19. Le 14 mai, le Mali comptait déjà 14 190 cas signalés et 511 décès enregistrés. Selon le Gouvernement de transition malien, à cette date, 71 216 personnes, dont 40 167 hommes et 31 049 femmes, avaient reçu la première dose de vaccin. Quant aux personnes complètement vaccinées, leur nombre s’élevait à 13 064 personnes, dont 7 766 hommes et 5 298 femmes.

« Pour garantir un environnement favorable à l’accès et l’aide humanitaires, leBureau de la coordination de l’assistance humanitaire et ses partenaires ont lancé un programme visant à renforcer les capacités, à resserrer la coopération civilo-militaire
et à consolider les principes humanitaires dans plusieurs régions du centre et du nord du Mali
 », précise-t-on dans ce rapport trimestriel du patron de l’ONU.

Fousseni Togola 

Source : Sahel Tribune