Partager

La Mission onusienne n’a pas dérogé à une pratique bien établie qui consiste à charger régulièrement les forces maliennes de défense et de sécurité. Les accusations d’exactions sur la base de témoignages douteux n’ont d’autre but que de ternir l’image des soldats maliens et les empêcher ainsi de mener efficacement la traque contre les forces du mal

Le 30 mars dernier, la Minusma a publié sa note trimestrielle (1er janvier-31 mars 2022) sur les tendances des violations et atteintes aux droits de l’Homme au Mali. Sa teneur ne semble guère surprendre la majorité des Maliens, qui se sont fait une religion sur cette Mission dont les enquêteurs chargent régulièrement les forces de défense et de sécurité maliennes. Celles-ci auraient tué 248 civils, dont 18 femmes et 6 enfants.

Précision incommodante des enquêteurs : « la majorité des victimes de ces violations étaient membres de la communauté peule, à l’exception des 16 villageois membres de la communauté dogon exécutés dans le village Tonou… » La litanie ne s’arrête pas là. La Mission affirme avoir aussi documenté, en plus des exécutions extrajudiciaires et autres meurtres, des cas de disparition forcée, d’atteintes à l’intégrité physique et d’arrestations arbitraires contre les populations civiles dans quinze localités. En somme, l’accent est exagérément mis sur de prétendues exactions de l’Armée.

Avant la publication de sa note, la Minusma l’avait partagé avec les autorités maliennes. Et par note verbale en date du 27 mai 2022, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a fait part des observations du gouvernement qui estime que les allégations attribuées aux Forces maliennes sont « très souvent tendancieuses, non recoupées, rapportées selon des témoignages non contradictoires, ne s’appuyant sur aucune preuve tangible».

Le mémorandum, dont nous avons obtenu copie, rétablit les faits dans leurs contextes et explique les actions engagées concernant chaque cas de violation mentionné dans le rapport de la Mission. à commencer par l’incident survenu le 27 janvier 2022 à Tonou. En effet, la commission d’enquête mise en place, depuis le 2 février 2022 pour situer les responsabilités, a déjà entendu toutes les parties civiles. Mieux, par lettre en date du 25 avril 2022, le collectif des victimes de Tonou a saisi le Juge de paix à compétence étendue de Koro, d’un retrait de plainte contre les FAMa.

MORALITÉ DOUTEUSE- Dans le Centre de notre pays, plusieurs zones sont connues pour être des sanctuaires terroristes. Les populations sont, en divers endroits, acquises à la cause de ces malfaiteurs et ont noué avec eux des liens basés sur des intérêts réciproques. C’est le cas de certains habitants des localités de Tjiekere, Tabacoro et Korkondo dans le Cercle de Guiré.

Ils sont si hostiles à la présence des FAMa, qu’ils seraient « même en mesure d’inventer des histoires en vue de ternir l’image de l’armée voire ralentir ou freiner sa mission ».

Des machinations de certains individus des localités de Nampala et Sokolo de moralité douteuse et proches des terroristes font également croire que 8 personnes ont été assassinées à Akoumbo et Toule, le 2 mars dernier. Ces allégations reprises dans le rapport de la Minusma sont non fondées car ne s’appuyant sur aucune preuve matérielle tangible.

Moura, dans le Cercle de Djenné, traînait cette même triste réputation d’être un refuge pour des terroristes affiliés à la Katiba Macina. C’est en mars dernier que l’armée a nettoyé la zone. Et contrairement aux allégations tendancieuses, les investigations menées ont établi que les corps sans vie examinés sont ceux des adultes morts au combat. «Leur appartenance aux GAT se confirme par les traces, indices et témoignages recueillis auprès de notabilités et populations de Moura », note le gouvernement.

DIABOLISER- Sans doute, notre pays fait face à une guerre informationnelle. Les médias sont mis à contribution pour ternir l’image de l’armée. Avant Moura, ces mêmes médias, dont France 24, avaient diffusé des allégations faisant état d’exactions contre les populations civiles de Nia Ouro, dans la Région de Mopti.

Une enquête a été ouverte sur cette affaire, même s’il est connu qu’aucune « opération autonome des BAFS n’a été menée dans ce secteur». De même, des investigations sont en cours pour élucider les prétendues exactions commises en janvier par les FAMa à Feto et Wouro Gnaga, deux villages cités dans le rapport de la Minusma mais dont l’existence en tant que localités reste à prouver.

Aussi, concernant la fosse commune découverte non loin de Bouzgueyira, dans la  Région de Nara, il est désormais établi que le mode opératoire employé – les victimes ont été égorgées – est celui utilisé par les terroristes.

Il importe également de souligner que les FAMa n’ont mené aucune opération dans  la zone de Akor le 17 janvier 2022, comme indiqué par la mission onusienne. Et à Assa-Wèrè (Diabaly), c’est bien un regroupement de terroristes qui a été frappé le 7 février 2022. Il ne s’agissait nullement d’une célébration de baptême dans ce hameau.

Plus que jamais, les ennemis sont déterminés à diaboliser les forces maliennes. Cet enjeu semble difficile à cerner par une partie de la communauté internationale, de laquelle les Maliens attendent un soutien sincère. C’est en cela que la visite effectuée par le secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence (OCHA), Martin Griffithis, dans notre pays est utile.

À l’issue de l’audience à lui accordée hier par le Premier ministre, il affirmé qu’il était venu « pour comprendre et faire comprendre à la communauté internationale dans quelle mesure elle peut apporter de l’aide au Mali».

Avec son hôte, Dr Choguel Kokalla Maïga, il a évoqué les problèmes auxquels les populations maliennes sont confrontées. Une rencontre réunira, lundi prochain à New York, les membres de l’Onu pour discuter de la situation au Mali et encourager les bailleurs de fonds à soutenir les efforts visant à répondre aux besoins humanitaires.

Source: L’Essor