Partager

Après avoir remis le rapport annuel de 2011 au président de la République, au Premier ministre et au président de l’Assemblée nationale, le Vérificateur général, M. Amadou Ousmane Touré était face à la presse. C’était le vendredi 30 novembre 2012 à l’hôtel Laïco de l’Amitié.

Le Vérificateur général (Végal) a expliqué que le rapport annuel 2011 est la synthèse de 9 vérifications financières et une vérification de performance effectuées dans 13 structures publiques reparties entre les services d’assiette et du recouvrement et les services de l’agriculture.

Ainsi, sur les 9 missions de vérification financière effectuées, le montant total des irrégularités financières s’élève à 10.101.021.715 de nos francs. Ces irrégularités toujours selon lui, sont du fait de la fraude pour 8.156.393.487 F CFA (soit 80,75% du montant total des irrégularités) et de la mauvaise gestion pour 1.944.628.228 F CFA.

M. Touré a évoqué les principaux dysfonctionnements et irrégularités constatés dans l’encaissement et le reversement des recettes publiques, la gestion des droits fonciers et domaniaux, et la gestion des exonérations douanières accordées à des sociétés minières.

Parmi les structures sur lesquelles M. Touré a mis l’accent, concernent les centres I, III et IV des impôts du district de Bamako qui ont enregistré des pertes d’un montant respectif de 170,01 millions de F CFA, de 1,08 milliard de F CFA et 65,77 millions de F CFA.

En outre, il a été constaté au niveau des centres que certains contribuables ont reçus du Trésor public des payements à hauteur de plusieurs milliards sans pour autant souscrire les déclarations d’impôt nécessaire.

Concernant les affaires domaniales et la gestion foncière, le total des montants imputés aux irrégularités constatées se chiffre à 840,08 millions. Ensuite, il a été déduit de ce montant le reversement au cours de la mission d’un montant total de 23,57 millions au titre des régularisations des 10% de frais d’édilité par des antennes du bureau spécialisé des domaines et du cadastre.

Aussi, le Vérificateur a révélé des irrégularités dans la mise en œuvre des exonérations accordées aux opérateurs du secteur minier, entrainant des droits compromis pour un montant total de 6,40 milliards de F CFA.
En effet, ce rapport justifiant la perte de 10,10 milliards de F CFA, confirme les constations antérieurs qui ont indiqué que la fraude et la mauvaise gestion persistent et gangrènent sérieusement l’administration malienne.

Cheick O. TRAORE

L’Inter de Bamako du 3 Décembre 2012