Partager

Toutes les louanges sont à Dieu, le clément, le miséricordieux.

web-32.jpgQue Sa paix et Son salut soient sur le Messager de la révélation ultime, Mohamed, sur sa famille, ses compagnons et sur tous les vertueux serviteurs de Dieu. Le mois de Ramadan, 9ème du calendrier lunaire islamique, est le mois durant lequel la révélation du noble Coran s’ est faite. Pour commémorer cet événement inestimable, Allah y a prescrit le jeûne, acte d’adoration qui n’a pas son pareil dans l’amélioration et la perfection du corps et de l’esprit du croyant : « Le mois de ramadan est celui au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens et preuves claires de la bonne direction et du discernement.

Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. Allah veut pour vous la facilité ; Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés ; et afin que vous soyez reconnaissants !
» C2 V185 . Le jeûne a été prescrit pour la communauté musulmane au mois de chaabane de la 2ème année de l’hégire.

Il consiste à renoncer par piété au boire, au manger, aux relations sexuelles et à tout ce qui est susceptible de rompre le jeûne en paroles comme en actes depuis l’aube jusqu’au crépuscule. Son but est de nous rapprocher plus d’Allah, d’aiguiser plus notre conscience du Créateur, bref, de nous faire acquérir la « taqwa », la crainte révérencielle comme le mentionne le verset 183 de la sourate 2 : « O croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous ; ainsi atteindrez-vous la piété ».

A travers ce verset, nous voyons au passage que jeûner est un des liens qui nous rattachent à toutes les traditions spirituelles qui ont précédé l’islam de Noé à Jésus en passant par Abraham, Jacob et Moïse. Le jeûne a été une constante même s’il a connu des formes diverses liées aux aires géographiques et aux époques. Le jeûne selon la vision coranique est la forme accomplie et achevée du jeûne comme l’islam l’est à l’égard des autres révélations. Trois dimensions s’offrent à nous quand nous jeûnons :

Le rapport à soi

Le jeûne assainit les intestins, régénère l’estomac, débarrasse le corps des produits résiduels, entraîne l’homme à l’endurance, fortifie sa volonté, lui facilite l’application des principes de la foi, crée en lui la crainte de Dieu et la nourrit. Ainsi donc, en renonçant à alimenter son corps, l’homme libère sa conscience de la matérialité et s’élève spirituellement.

Le rapport au Créateur

Dans un hadith sacré, Dieu dit : « Toutes les œuvres du fils d’Adam lui reviennent hormis le jeûne. Le jeûne est à Moi ; et c’est à moi de rétribuer ». En effet, le jeûneur se trouve dans une adoration continue depuis l’aube jusqu’au coucher, une proximité, une présence avec Allah qu’on ne retrouve pas dans les autres actes d’adoration.

Le rapport aux créatures

Le mois de ramadan est celui de l’union de la communauté musulmane et celui de la compassion et de l’amour envers les autres hommes.

S’abstenir de manger et de boire, rompre l’habitude de la société de consommation nous amènent non seulement à nous interroger sur ce que nous consommons mais aussi à nous demander si tout le monde mange à sa faim dans un monde où l’opulence devrait épargner tout humain de la faim. Cette réflexion devrait nous interpeller sur le sens de l’économie et de la sobriété qui doit présider aux soirées de rupture plutôt qu’au gaspillage généralement constaté. Ramadan doit être pour le musulman, une discipline sur tous les plans : physique, spirituel, matériel.

La miséricorde que Dieu nous offre durant ce mois est immense et toutes les précautions doivent être prises pour en profiter. La préparation à rentrer dans Ramadan n’est pas seulement dans le fait de stocker le plus de nourritures mais surtout dans le fait de réfléchir à comment redoubler d’actions pieuses qui purifient et éveillent nos cœurs. Il convient donc de purifier son intention, de se repentir sincèrement et de demander à Allah de nous aider à bénéficier pleinement de Ramadan.

Dans l’histoire de l’islam, Ramadan occupe une place de choix. Dans ce mois où le Coran a été révélé, les musulmans y ont remporté des victoires éclatantes lors des batailles mémorables : c’est le cas de la grande bataille de Badr et de la conquête de La Mecque. Dieu a voulu par cela laisser un signe fort pour montrer que ramadan n’est pas le mois du moindre effort mais le mois au cours duquel notre conscience aiguë de Dieu nous rappelle à nos devoirs sociaux et professionnels comme le travail productif qui nous lie aux autres hommes.

Les jours à venir sont les meilleurs de l’année ; faisons d’eux des instants de purification de nos cœurs et de rapprochement avec Dieu. Le jeûne ne doit pas se limiter à l’abstention de boire et de manger. Tous nos sens et même notre esprit doivent y participer. La solidarité avec les autres, la prière à la mosquée, la lecture du Coran et la recherche de la nuit de la valeur qui est meilleure que mille mois seront les moments importants de notre quête ramadanienne.

Bon ramadan à tous les musulmans et à toutes les musulmanes ! Que Dieu facilite l’accomplissement de ce pilier à tous les croyants ! Amine.

Le comité de presse de l’AEEMB

20 septembre 2007