Partager

La Djellaba ou Jellaba est une longue robe ample avec un capuchon, portée par les hommes et les femmes. Cette tenue est répandue comme un vêtement traditionnel en Afrique du Nord. Comme à l’accoutumée, les maliens portent de façon fréquente cet habit pour diverses raisons : pour prier, valoriser le tissu ou symboliser le mois de carême.

Les maliens ont l’habitude de porter cette longue étoffe, c’est-à-dire la Djellaba, mais en cette période de ramadan, elle est de plus en plus appréciée. Dans les marchés, dans les lieux de travail, dans les ruelles ou encore dans les mosquées, beaucoup de personnes portent la Djellaba, à croire que son port est devenu comme une coutume au Mali.

Les vendeurs de ce tissu avouent qu’il est vendu à différents prix en fonction de la qualité. Toumani Kané est propriétaire de magasin de Djellaba dans le grand marché de Bamako. « Il y a des Djellabas à 500 f ou 1000 f. On peut les trouver au bord des goudrons dans la ville. Il y a certaines qui sont à 3000 f, 4000 f, ce sont des hautes qualités. Pour être précis, il y a tous les prix » dit-il.

Mimi Ada est une boutique spécialisée dans la vente de Djellaba en ligne. Cette activité est exercée à travers les réseaux sociaux comme sur Watshapp, Facebook etc. En ce mois de ramadan, elle avoue comptabiliser et livrer plusieurs commandes. « La Djellaba marche très bien, mais en ce mois de ramadan, elle est plus mise en valeur » a-t-elle confirmé.

Pourquoi portent-ils la Djellaba ?

Porter la Djellaba est une question de préférence chez les maliens. Certains préfèrent porter la Djellaba pour prier à la maison, dans les lieux de travail ou encore à la mosquée, l’endroit idéal. Assitan Boucoum prend toujours le soin de prendre sa Djellaba avec elle avant de partir au boulot. D’après elle, c’est seulement pour prier qu’elle la porte. « Pour prier, certains habits courts ne sont pas appropriés, il faut donc la Djellaba pour bien vêtir son corps. L’habit ne fait pas le moine, a-t-on l’habitude de dire, mais pour prier, la Djellaba est la plus appropriée » a-t-elle précisé assise derrière son bureau.

D’autre part, Gaoussou Koné, professeur à la retraite a ajouté que les Hommes surtout les femmes doivent faire de la Djellaba leur style vestimentaire en ce mois béni. Selon lui, elle protège le corps contrairement aux prêts-à-porter. « S’il est vrai qu’il est écrit dans le coran que toutes les parties du corps humain jeûnent en ce mois béni notamment les yeux, les femmes doivent porter uniquement la Djellaba car, certains de leur style vestimentaire pourrait nuire aux mérites des fidèles croyants » dit-il sans tabou.

Certains jeunes interrogés sur la question ont affirmé qu’ils portent la Djellaba juste pour se mettre à l’aise. « Surtout en ce mois de carême, il n’y a pas un habit plus confortable que la Djellaba » a laissé entendre Seydou Sylla.

Selon certains religieux, la Djellaba est un habit pur qui symbolise être pieux, l’honnêteté et la bonne foi. Cependant, ils déplorent qu’elle soit utilisée n’importe comment pour autres fins peu catholique.

Adama Sanogo

@Afribone