Partager

Personne n’a été détenu à l’issue de l’opération franco-mauritanienne menée le 22 juillet contre un camp d’Aqmi au Mali, a assuré vendredi le ministère français des Affaires étrangères, alors qu’une plainte pour enlèvement a été déposée à Tombouctou.« Aucune personne n’a été détenue à l’issue de l’opération mauritanienne du 22 juillet contre Aqmi à laquelle la France a apporté un soutien logistique et opérationnel », a affirmé le porte-parole du ministère, Bernard Valero, au cours d’un point de presse.« Quand les militaires français et mauritaniens sont arrivés dans le campement, après avoir tué ceux qu’ils cherchaient, ils sont allés dans un petit campement pour arrêter, séquestrer et enlever 2 civils(…) », a déclaré Sidy Mohamed Ould Mohamed, élu municipal de Tombouctou.« (…) C’est arbitraire. On exige leur libération », a-t-il ajouté.L’arméemauritanienne a mené le 22 juillet avec l’appui de la France un raid contre un camp d’Aqmi en territoire malien, qui a fait 7 morts dans les rangs de cette organisation selon les autorités mauritaniennes.Selon la France, l’opération visait à libérer l’otage français Michel Germaneau, détenu depuis avril par Aqmi qui a annoncé avoir exécuté le Français samedi pour venger ses membres tués lors de ce raid.
Le gouvernement mauritanien affirme que cette opération avait pour seul objectif de prévenir une attaque d’Aqmi sur son territoire, programmée le 28 juillet.AFP.