Partager

A la faveur de l’avènement de la démocratie, on a assisté à la naissance des radios comme des champignons au Mali. Actuellement, on compte plus de 200 radios qui constituent des vecteurs indispensables pour le développement. Et pourtant, dans le secteur de l’agriculture, certaines personnes pensent que les radios ne contribuent pas suffisamment, en tout cas que leur rôle n’est pas bien perçu. D’où la naissance d’un projet dénommé Initiative de Recherche sur les Radios Rurales en Afrique (IRRRA).

Les coordinateurs de IRRRA à Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Bandiagara se sont donnés rendez-vous le 20 avril 2009 au Grand Hôtel de Bamako pour faire le point de la mise en oeuvre du projet dans les cinq zones d’intervention.

La rencontre était coprésidée par Abbass Fambougoury Traoré, Chef de Cabinet du ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies et M. Seydou Diakité Coordinateur du projet au niveau du ministère de l’Agriculture. Elle a enregistré la présence de Bakary Togola, président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM).


Promouvoir la loi d’orientation agricole

Selon Abbas Fambougouri Traoré, la communication pour le développement et la recherche-action pour la sécurité alimentaire demeure une préoccupation dans la politique gouvernementale. “Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour soutenir les actions qui visent à mettre les outils de la communication pour le développement dont la radio et les NTIC à la portée de l’agriculture familiale au Mali consacrée dans la Loi d’Orientation Agricole”, a dit le Chef de Cabinet du ministre de la Communication.


Les objectifs de IRRRA

Démarré en septembre 2007 avec un budget de plus de 3 milliards de F CFA, l’Initiative de Recherche sur les Radios Rurales en Afrique est un projet d’appui aux radios partenaires dans 5 régions du Mali notamment, radio Fanaka à Fana, Radio Baguiné à Bandiagara, Radio Banjo à Kayes, Radio Jigiya à Zégoua et l’ORTM de Ségou.

Il vise à atteindre les objectifs suivants : Comment et par quelles voies la radio peut-elle être le moyen le plus efficace pour soutenir l’agriculture familiale en Afrique en vue de relever le défi de la sécurité alimentaire ?

Comment insérer les NTIC (téléphones portables, radio par satellite, lecteurs MP3 entre autres) dans la communication pour le développement, surtout la radio afin d’assurer son efficacité, sa durabilité et de la rendre davantage interactive ?

Quelques résultats obtenus

L’IRRRA a réalisé une étude de recherche formative dans les 5 zones pour valider avec les communautés les thèmes de la première campagne radiophonique démarrée en 2008. L’utilisation améliorée du Compostage a été identifiée comme thème central pour cette 1ère série de campagnes radiophoniques dans le pays.

A Zégoua, Fana, Ségou, Kayes et Bandiagara, chaque radio a mis en place une équipe locale de recherche composée d’agents de la radio, de vulgarisateurs agricoles, et de représentants d’agriculteurs.

En mai 2008, les résultats de la recherche formative ont servi de base pour l’élaboration du plan de recherche pour l’année 2008-2009. Ont participé à l’atelier national d’élaboration du plan de recherche, les représentants de l’IER, de l’APCAM, de la CNOP, des radios partenaires, du ministère de la Communication, du Commissariat à la Sécurité Alimentaire, des vulgarisateurs agricoles, des agriculteurs, une représentante du bureau international de “Farm Radio International”, l’ONG Canadienne initiatrice du projet.

Cette rencontre a aussi servi de cadre avec les Directeurs des radios partenaires d’élaborer le plan d’appui technique en équipements des radios partenaires. Il faut souligner que le projet IRRRA-Mali est soutenu par FARM Radio International du Canada.


Daba Balla KEITA

21 Avril 2009