Partager

L’Etat malien, dans le passé, avait tenté à plusieurs reprises de vendre la Banque internationale pour le Mali (BIM-SA). Mais, les repréneurs ne se bousculaient pas et les plus magnanimes offraient une reprise au franc symbolique. Cette fois-ci, les grands groupes se bousculent.

Le Crédit Lyonnais, déjà auteur d’une première tentative infructueuse, il y a quelques années, le marocain Attijariwafa Bank, à la recherche de capillarités pour son réseau africain, la Société Générale ou encore Ecobank, qui poursuit un programme effréné d’ouverture d’agences (une trentaine sont prévues à court terme), sont en gros les banques qui sont dans les starting-blocks pour le contrôle de la Banque internationale pour le Mali (BIM-SA).

Contrôler la BIM aujourd’hui, c’est d’abord prendre une banque au bilan particulièrement soigné, mais aussi un réseau de 55 points de vente et des parts de marché couvrant 15 % des dépôts et crédits. D’où l’âpreté du combat feutré qui oppose déjà les candidats à la reprise.

Le redressement de la Banque internationale pour le Mali (BIM) vient d’être bouclé, comme l’a annoncé Mamadou Igor Diarra, le PDG de l’institution, à l’issue du dernier conseil d’administration tenu mercredi 7 mai 2008.
Qui va alors l’emporter ? Wait and see !

Alexis Kalambry

02 Juin 2008