Partager

La journée du dimanche 28 octobre a été assez particulière pour les habitants de la commune II du district de Bamako. Des occupants du quartier de Quinzabougou, en passant par les usagers de la voie du 3eme arrondissement, tous ont été témoins d’une intervention de déminage de l’accotement qui fait face au dit arrondissement. Les Faits.

Si l’état d’urgence vient d’être prorogé d’une année supplémentaire, il n’en demeure pas moins que la population est toujours sur le qui-vive quant à l’insécurité résiduelle dans le pays. Du moins tout porte à le croire à travers la situation quelque peu « alarmmante » survenue au niveau du commissariat du 3 ème arrondissement.

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du samedi à Dimanche aux environs de 2 h 00 du matin. Deux hommes à bord d’une 4x 4 noire non immatriculée seraient venus creuser un trou et ensuite le refermer. C’est un vendeur d’essence qui a remarqué l’action de ces individus et ne l’a signalé que quelque heures plus tard au commissariat : «J’’étais là lorsque des personnes sont venues. Ensuite, 2 hommes ont fait ont un grand trou sur la voie, pourtant il n’y a absolument rien à réparer dans ces parages et surtout à cette heure de la nuit» .

Ce qui m’a intrigué c’est qu’ils n’ont pas même barrer la route comme avaient l’habitude de faire des agents lorsqu’ils devraient faire des réparations routières. Alors avec ces histoires d’attentats, j’ai pris peur, et j’ai donc essayé d’alerter la police », nous explique Amadou Koné.

Pour sa part, monsieur Ibrahima Soma Keita, commissaire du commissariat du 3 eme arrondissement rassure que le trou ne présentait aucun danger. «(…) Effectivement , il y avait un trou d’environ 1m 20 de profondeur. Après ce constat, nous avons immédiatement contactés la BSI ( Brigade Spéciale d’Intervention)afin de détecter une quelconque présence (bombe ou autres objets dangereux).

Absolument rien de suspect ou d’inhabituel n’a été détecté, et le trou a donc été refermé l comme trouvé. .. Cependant , nous sommes en surveillance permanente afin de savoir si ces gens reviendront sur le lieu et ce qu’ils feront du trou. Pour l’heure, il n’y a aucun danger à craindre.C’ était juste une fausse alerte… ».

Une fausse alerte avérée car à l’heure où nous mettions sous presse cet article, M. Mahamoudou Mody Niakaté, capitaine du 3ème arrondissement, nous confirme que les «éventuels suspects» seraient en fait des agents routiers qui procédaient à une étude de faisabilité pour un projet imminent de réparation de routes reliant le tronçon Quinzabougou, N’golonina, Missabougou et Moribabougou. Un ordre de mission de l’entreprise employant les 2 messieurs a été déposée ce matin même au commissariat.

Maminata Coulibaly,

Bamako, le 30 Octobre 2018

©AFRIBONE